Vascularite polypoïde



Ewa un demandé:
Salut,

J’ai 51 ans, une vie assez dynamique que j’essaie de «rassurer» comme je peux, j’ai tendance à l’hypertension que je dois encore affronter. Je suis un fumeur et je ne peux toujours pas m’arrêter

Je souffre d’une rétinite séreuse centrale de 1995 à l’œil droit. La véritable aggravation du visus est survenue depuis 2004. Pour le moment j’ai 2/10 et un an, l’oeil gauche a les mêmes symptômes. (en ce moment j’ai 8/10)

Au cours des dernières années, le seul remède que j’ai fait a été l’administration de Diamox et Coodrase.

Je voulais entendre un autre médecin qui ne diagnostiquait pas la même maladie mais un «œdème maculaire chez le sujet avec une vasculopathie polypoïdale. »
J’ai ensuite été soumis à une thérapie photodynamique (TPD) (50% pendant 58 secondes). Seulement à l’oeil le plus miteux (OD)
Aujourd’hui, une semaine plus tard, l’œdème est toujours présent et l’OCT ne montre pas de variations significatives. Le médecin veut me revoir dans trois semaines et éventuellement subir un traitement anti-angiogénique (?!)

Je voudrais connaître son opinion et s’il est au courant des centres spécialisés ou réaliser des expériences sur Bari. Je voudrais aussi savoir si les deux diagnostics (rétinopathie séreuse centrale et vasculopathie polipoidale) sont à la fois curable avec la thérapie photodynamique.

Une dernière question même si je ne sais pas si c’est juste de te l’exprimer.
Je travaille principalement à l’ordinateur et de plus les situations de stress et de tension au travail ne manquent jamais. Puisque tout le monde me conseille de «me reposer», ma maladie peut-elle me permettre d’entamer une procédure de demande d’invalidité et la demande connexe de retraite anticipée?

Je m’excuse, mais je ne sais vraiment pas comment m’orienter et de différents côtés, j’ai lu qu’il n’y a pas beaucoup d’espoir de récupération ou d’amélioration.

Luigi Portugais

3 Réponses

Profil Dr. Antonio Pascotto
Dr Antonio Pascotto un répondu:


+3
Cher Monsieur le Portugais,

La vasculopathie polypoïdienne peut être traitée par thérapie photodynamique et par thérapie antiangiogénique; D’autre part, la choriorétinite séreuse centrale, n’étant pas liée à des phénomènes néovasculaires, ne bénéficie d’aucune des deux thérapies.

Pour plus d’informations sur la choriorétinopathie séreuse centrale, veuillez consulter le lien suivant:

Mes meilleures salutations,
Antonio Pascotto

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


+2
Cher patient,
comme l’a dit à juste titre Marino, les deux pathologies sont des choses très différentes.
La dégénérescence maculaire est une maladie de la rétine qui touche principalement les personnes âgées dont les dommages progressivement et des dommages irréversibles à la macula qui est chargé de la vision distincte des détails visuels pour la distance et à proximité, la vision des couleurs et la sensibilité au contraste. La dégénérescence maculaire est l’une des maladies oculaires les plus invalidantes dans les pays industrialisés après 55 ans, affectant environ 8% de la population et atteignant 30% après 75 ans. Cette maladie est donc très fréquente dans la population âgée et est destinée à augmenter avec l’allongement de l’âge moyen et de l’espérance de vie.
La dégénérescence maculaire est généralement classé dans une forme sèche ou atrophique de nature chronique, lente et progressive et sous une forme exsudative ou humide, plus rapide et plus agressif, très invalidante et caractérisée, d’une manière particulière, par la présence d’une néovascularisation choroïdienne (CNV) .
Le diagnostic de la maladie est principalement réalisée avec angiofluorographie ou non associée à une angiographie au vert indocyanine, des tests qui permettent la plupart du temps pour localiser la néovascularisation sous-rétinien, décider d’un emplacement, la taille et évaluer le type.
Les critères de la classification angiographique de la dégénérescence maculaire liée à l’âge sont basés sur l’apparition de la CNV qui se distingue par:
-1) classique, c’est-à-dire bien défini en fluorangiographie, en le divisant en prédominant classique (plus de 50% de la lésion), minimalement classique (égal ou inférieur à 50%),
-2) occulte lorsque le CNV n’est pas visible à la fluorangiographie.
Par la suite, il existe des sous-groupes tels que RAP (Prolifération Angiomateuse Rétinienne) ou POLYPOOAL VASCULOPATHY. L’importance de cette division dépend du fait que les différents types de CNV ont des pronostics et des suivis différents.
La NVC est également présente dans de nombreuses autres affections oculaires telles que la dégénérescence maculaire myope, dans les stries angioïdes, chez certaines formes juvéniles.
La thérapie de la dégénérescence maculaire néovasculaire consiste en une photocoagulation au laser même si sa limitation principale est due à la fois à l’efficacité partielle et au pourcentage réduit de patients auxquels elle s’applique, de l’ordre de 20%. En fait, la thérapie au laser ne peut pas être effectuée dans la NVC centrale sous-fovéale. Dans ces cas, qui sont majoritaires, la thérapie photodynamique (PDT), qui a débuté en janvier 2000, est désormais le «soin standard» dans le traitement des NVC situées sous le centre géométrique de la fovéa. Le but principal de la thérapie est de stabiliser la lésion néovasculaire en essayant d’empêcher son élargissement et donc la perte visuelle.
Cependant, la PDT n’est pas également efficace dans tous les cas et tous les types de NVC, il est donc nécessaire d’avoir une autre alternative thérapeutique, telle que la possibilité d’effectuer des traitements combinés qui peuvent améliorer son efficacité.
À l’heure actuelle un nouveau traitement de médicament expérimental est disponible qui utilise bevacizumab (AVASTIN®) qui est un anticorps monoclonal humanisé anti-VEGF, produit par la technologie de l’ADN recombinant, qui a démontré posséder une forte activité anti-angiogénique / anti-oedème et la genèse vasculaire de l’arrestation maladie.
La thérapie implique l’injection intraoculaire de la substance qui, s’étendant dans le corps vitré et dans l’épaisseur de la rétine, entre en contact avec la CNV où elle exerce essentiellement une série d’effets caractérisés par:
-Inhibition de la croissance et de l’extension du processus néovasculaire.
-Régression de la néovascularisation.
-Stabilisation des membranes endothéliales et diminution du degré de perméabilité dans la microcirculation de CNV.
-Réduction de l’intensité de diffusion des molécules protéiques et lipidiques dans les espaces extravasculaires, diminution de l’œdème et normalisation de l’épaisseur rétinienne maculaire centrale.
cordialité
DUILIO SIRAVO

Profil Ewa
Ewa un répondu:


0
Merci, très gentil.
Je n’espérais pas de réponses aussi rapides et complètes.
Merci encore.

Mon dilemme est maintenant le suivant:
Si le second médecin (hôpital de la province Miulli de Bari) a fait le bon diagnostic (vasculopathie polipoidale) peut-être le fait que les PTOM est identique à celle effectuée avant l’intervention chirurgicale peut être pertinent de sorte qu’il convient que, dans trois semaines la nouvelle tentative ‘ OCT pour voir l’évolution éventuelle. Sur altronte le fait de ne pas avoir eu une amélioration, me conduit à penser que peut-être qu’il avait raison le premier médecin (mon ancien médecin des yeux, ainsi que l’aide du chef de Bari General Hospital) dans son diagnostic de choriorétinite séreuse centrale.

En tant que profane, je trouve difficile de lire le Flo et l’OCT pour mieux comprendre .. Mais la chose que je ne comprends pas, c’est que beaucoup disent que la choriorétinite séreuse centrale a un cours positif. Par contre, j’ai eu une perte de 8/10 en 4 ans.

Je vous demande donc un avis complémentaire et si vous connaissez un centre qui suit particulièrement ces pathologies afin d’entendre une troisième opinion.

En attendant, j’essaie d’arrêter de fumer et de changer l’organisation de ma vie …
Tout autre conseil et bienvenue

Merci.
Luigi Portugais


Category: thérapie |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle