Une thérapie de remplacement, peut me donner un conseil car je suis très inquiet



Playton un demandé:
le mois de février j’ai commencé à avoir quelques bouffées de chaleur mon médecin m’a donné l’analyse avec la confirmation d’une ménopause précoce que mon gynécologue a confirmé par une visite. le gynécologue m’a donné quelques pilules qui me fera revenir au cycle et je dois prendre la pilule, mon médecin n’a pas d « accord dit qu’il est dangereux, je ne l’ai pas encore pris quoi que ce soit. Je suis passé par les bouffées de chaleur et le 23 mars le cycle est revenu tout seul. Maintenant, je ne sais pas quoi faire si vous suivez les conseils de mon médecin, ou d’écouter le gynécologue, bien que la lecture d’un journal d’un docteur a dit qu’il devrait attendre au moins un an à compter de la fin du cycle pour la thérapie de remplacement, je peux donner quelques conseils car ils sont très inquiet .le analyse prl6.56 progesterone0.27 tsh 01h58 LH fsh 60,34 50,26 2 ET MERCI 15h31 ESTRADIOL

8 Réponses

Profil Dr. Maurizio Bologne
Dr. Maurizio Bologna un répondu:


0
Chère Madame, étant donné que toute suggestion imposerait de toute façon une évaluation clinique du patient, les valeurs des gonadotrophines ne sembleraient pas mettre en doute l’état fonctionnel des ovaires. Étant donné le jeune âge, je dirais qu’une thérapie de substitution est nécessaire. L’absence de fonction des gonades avec une espérance de vie désormais attendue dans environ 85 ans (donc encore au moins 47 ans pour elle) certainement et précocement provoque toutes les complications attendues de l’appareil ostéo-articulaire, cardiovasculaire et urogénital. D’autre part, la temporisation de l’événement à un âge plus physiologique permettrait de réduire de telles complications, comme le démontrent amplement les publications médicales les plus récentes.
Certes, si votre médecin de famille exprime une quelconque inquiétude à propos du traitement, je pense que pour des caractéristiques particulières qui le concernent et le connaissent, il serait bon d’entrer en contact direct avec le spécialiste pour les montrer et résoudre les éventuels doutes. Des opinions divergentes entre médecins ne font que créer de la confusion et n’atteignent pas les objectifs de notre rôle, à savoir le bien-être de nos clients.
Un salut cordial et meilleurs vœux pour votre santé.
Profil Dr. Sergio Di Martino
Dr. Sergio Di Martino un répondu:


+4
Je suis d’accord avec le professeur Bologna, je dirais que s’il n’y a pas de contre-indications spécifiques, la thérapie de remplacement est une étape indispensable.
Profil Dr. Paola Fusaro
Dr. Paola Fusaro un répondu:


0
Chère Madame, bien que je sois favorable à une thérapie de substitution qui me semble presque obligatoire dans votre cas, je ne peux pas prendre en considération les préoccupations de votre médecin généraliste qui aura des raisons valables de les exprimer (comme vous devriez le savoir). son anamnèse parfaitement). Je recommande donc de le mettre en contact avec son spécialiste.
Je reste à votre disposition et vous envoie mes meilleures salutations.
Profil Dr. Cristina Passadore
Dr. Cristina Passadore un répondu:


0
Je suis d’accord avec mes collègues même si j’ajouterais que puisque les menstruations sont revenues spontanément, il faut prudemment attendre au moins 6 mois d’aménorrhée, doser la FSH et 17 bêta-estradiol puis décider quoi faire.
Profil Playton
Playton un répondu:


0
mon médecin n’est pas d’accord seulement parce que pour lui la thérapie de remplacement est inutile, préférerait me donner les gouttes pour les bouffées de chaleur que heureusement je n’ai plus de vitamines pour éviter des problèmes dans le futur. Je déclare que je suis en bonne santé et que je n’ai jamais eu de problèmes, un journal a dit qu’une thérapie thérapeutique après 5 ans avait une incidence significative sur le cancer du sein et les ovaires, ce qui me laisse dans l’incertitude. période de préménopause ou non merci beaucoup
Profil Dr. Maurizio Bologne
Dr. Maurizio Bologna un répondu:


+2
les journaux que vous avez mentionnés n’ont pas rapporté correctement une recherche menée il y a quelques années aux États-Unis (étude OMS). La recherche a toutefois révélé insuffisant pour un certain nombre de raisons (le seul que je ferai quelques exemples: il avait seulement analysé les patients asymptomatiques, donc probablement avec une production autonome d’oestrogènes déjà élevé qui, ajouté à celui administré a été atteint des niveaux exagérés d’oestrogène avec une valeur supérieur de masse corporelle à 25, puis paz en surpoids et donc ipersetrinismo, plus de 50% des sujets de l’étude a abandonné le traitement tout en surveillant, etc., etc.) des études scientifiques doivent être analysées par des personnes compétentes, et les nouvelles se répandraient seulement à travers des organes de presse spécifiques. Je confirme, Madame, l’exhortation à consulter un médecin spécialiste (pas un journaliste qui est à la recherche d’écopes et non de sa santé) qui évaluera le tableau clinique suggère certainement le meilleur traitement. Ce n’est pas à travers les journaux que nous formons et mettons à jour nous-mêmes. Si nous pensions vraiment que les traitements hormonaux substitutifs étaient si dangereux, nous serions certainement les premiers à ne pas les prescrire sans que cela ne soit suggéré par les journaux ou les soi-disant revues scientifiques. Avec cordialité. M. Bologne
Profil Prof. Ivanoe Santoro
Prof. Ivanoe Santoro un répondu:


+6
Je suis entièrement d’accord avec le collègue de Bologne.
Il serait temps pour les collègues, en particulier les médecins généralistes, d’ouvrir quelques livres, au lieu de … oublions ça.
Et il serait même maintenant que vous vous retrouviez avec toutes ces manfrine sur la bibliothèque Cochrane, EBM et ainsi de suite … personnellement, je pense qu’ils sont tous des conneries émérites.
Est-ce que vous faites même des championnats de football (pour des intérêts évidents), voulez-vous que les études de l’industrie ne soient pas apprises (pour les mêmes intérêts)?
Allez … nous n’étions pas nés hier !!
Pendant ce temps, des études comme celle mentionnée par le professeur de Bologne à juste titre, nous voyons encore les effets des années perdues de T.O.S:. Dévastateurs effets sur la santé en termes de morbidité ou qui auraient pu être évités ou tout au moins, réduire l’intensité et la gravité.
Quel prodest?
Profil Playton
Playton un répondu:


+5
merci d’enlever tout doute, je devenais fou ma question était juste de ne pas savoir qui écouter, merci et plus dans le je vous ferai savoir

Category: anémie |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle