Tumorothérapie: de nouveaux horizons

Dans le futur?À quoi s’attendre

larecherche sur le cancera connu, au cours des dernières décennies, une étape extraordinaire d’avancement des connaissances, en particulier en ce qui concerne les mécanismes qui régissent la reproduction cellulaire, la résistance aux médicaments et la formation de métastases.

Enfin, au cours des dernières années, ces progrès dans leconnaissancesur le comportement et les mécanismes biologiques des tumeurs ont commencé à produire des nouveautés concrètes aussichamp thérapeutique. Ces progrès initiaux dans la thérapie du cancer ne représentent vraisemblablement que la pointe d’un iceberg qui se manifestera pleinement dans les années à venir.

Dans le futur?

lainnovationsen cours dans le domaine thérapeutique oncologique concernent à la fois la catégorie traditionnelle des médicaments cytotoxiques ou chimiothérapeutiques, et une toute nouvelle catégorie de médicaments appelés «médicaments cibles spécifiques».

La catégorie demédicaments chimiothérapeutiquescomme mentionné, l’antitumorale conventionnelle est également en évolution rapide. En effet, de nouvelles classes de médicaments sont en cours de développement, dérivées de molécules déjà connues, mais avec des caractéristiques innovantes. Par exemple, de plus en plus de médicaments sont en cours de développement et peuvent être administrés par voie orale. En général, les nouvelles chimiothérapies sont caractérisées, par rapport aux composés plus traditionnels dont elles dérivent, d’une plus grande activité, d’une plus faible toxicité, ou de ces deux caractéristiques d’amélioration.

Le véritable grand défi thérapeutique a cependant été lancé avec le développement de médicaments «ciblés». Ces nouveaux médicaments, de développement récent, sont capables defrapper les molécules spécifiquement qui, agissant anormalement dans les cellules, induit sa transformation en cellules malignes. Parmi les cibles moléculaires les plus significatives identifiées jusqu’à présent, citons:

  1. les récepteurs de facteurs de croissance, qui favorisent à la fois la croissance tumorale et l’ angiogenèse tumorale, c’est-à-dire la formation de nouveaux vaisseaux qui apportent de la nourriture à la tumeur;
  2. certaines protéines impliquées dans les mécanismes par lesquels les cellules cancéreuses résistent aux thérapies radiantes et pharmacologiques (par exemple: bcl-2) ou vice versa meurent ensuite ( apoptose);
  3. certaines protéines qui portent des messages de stimulus pour la croissance tumorale, appelées «protéines kinases», à l’intérieur de la cellule.

Les nouveaux agents antitumoraux capables de bloquer sélectivement les cibles énumérées ci-dessus ont des structures et des mécanismes d’action très différents. D’autres classes de nouvelles substances thérapeutiques sont capables de bloquer directement l’information aberrante au niveau génétique qui contribue à la croissance de la tumeur. C’est le cas de la thérapie génique et de la thérapie des oligonucléotides antisens. Enfin, il faut rappeler les vaccins anti-tumoraux qui commencent enfin à atteindre les premiers résultats, notamment pour le traitement des mélanomes.

À quoi s’attendre

La plupart des nouveaux médicaments anticancéreux, en particulier ceux ciblant spécifiquementdes mécanismes complètement innovants et sensiblement différent de la chimiothérapie classique. En effet, ils sont considérés comme des «bombes intelligentes» capables de cibler préférentiellement, sinon exclusivement, les cellules malignes.

Cette sélectivité d’action permet d’éviter d’endommager les cellules normales, les limitant ainsieffets toxiques sur l’organisme et, en théorie, de détruire plus efficacement les cellules cancéreuses. Cependant, ces nouveaux médicaments ne devraient pas être considérés, du moins pour l’instant, comme des substituts à la chimiothérapie classique.

En fait, il semble que le bénéfice maximal de ces nouveaux médicaments est obtenu en les combinant avec des médicaments anticancéreux conventionnels, avec lesquels un renforcement mutuel a souvent été démontré. Cette approche combinée nous permet d’obtenir unplus grande activité antitumorale avec des doses plus faibles et moins toxiques de médicaments. Cet avantage est encore accru par la possibilité d’administrer de nouveaux médicaments par voie sous-cutanée ou orale pendant de longues périodes, sans effets secondaires importants.

En conclusion, donc, dans l’immédiat, de nouveaux médicaments plus sélectifs, faciles à administrer et à toxicité réduite, nous permettront d’améliorer l’efficacité des traitements anticancéreux, en intégrant les traitements traditionnels chirurgicaux, de radiothérapie et de chimiothérapie. Il est prévisible, dans leprochain avenir, une expansion rapide de l’arsenal thérapeutique à notre disposition, pour lutter contre le cancer avec des stratégies intégrées et avec des armes de plus en plus sélectives, de plus en plus toxiques et, surtout, de plus en plus efficaces.


Category:


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle