Soupirs fatigués fréquents qui ne donnent pas de soulagement, bâillements difficiles



Intimately un demandé:
médecins bonsoir, j’écris pour que certains professionnels puissent me donner des conseils pour trouver la cause d’un trouble que j’essaierai de décrire de la manière la plus claire et détaillée: pendant des années (premier épisode 2004) à des périodes alternées année) tout au long de la journée je sens la sensation fréquente d’avoir à faire un soupir forcé qui donne parfois du relief et souvent pas (comme si l’air dans les poumons ne suffisait pas); Je ressens aussi souvent le besoin de bailler (bâillements qui échouent souvent ou ne soulagent pas). Précisément que ce trouble n’est pas présent dans la phase de repos, il a tendance à disparaître quand je suis allongé, et pendant la nuit je ne le perçois pas vraiment. Reviens pour me tenir compagnie le lendemain matin.
ce trouble haineux augmente certainement dans ces cas: suite aux crises d’éternuements allergiques (mais persiste encore) il augmente également dans des situations de stress excessif (mais persiste essentiellement) à la suite de repas pas vraiment légers (mais essentiellement persiste)
J’ai fait les constatations suivantes: échocardiographie (ok) cadriogramma (tout ok avec quelques extrasystoles), spirométrie (valeurs spirométrie normale) des tests d’allergie de piqûre de la peau (forte allergie aux acariens, poils de chien, chat, herbe, olivier, un mineur de bouleau, aulne, de cyprès, de visites bouleau) allergologique-pneumologique (poitrine libre, même dans expiratoire forcé, hyperémie légère tourbillonné ENT visite en bas à gauche) avec enquête fibre optique (hyperémie légère larynx arrière de reflux gastro-oesophagien suspectée).
thérapie éprouvée avec revinity, ventolin, spray nasal aircort, avamys nasal sprai, desloratadine.
résultats insatisfaisants (réactions allergiques et crise d’éternuement, certes réduites, mais perturbation de l’objet toujours présent).
pour deux années sous surveillance médicale suppose un cp de paroxétine un jour comme un antidépresseur pour un couple de mauvais événements qui ont frappé deux parents dans les quatre ans … Je ne pense pas que je suis une personne anxieuse (certainement agité et impulsif, mais je ne panique pour rien).
il n’en reste pas moins qu’après plusieurs visites, chèques, beaucoup d’argent dépensé, j’ai toujours ce trouble et je n’arrive pas à comprendre ce qui est causé et donc à bien le traiter.
J’espère avoir fait une image assez claire de ma situation et que quelqu’un peut me donner des conseils et des conseils.
salutations cordiales et merci pour le service

1 Réponses

Profil Dr. Franca Scapellato
Dr. Franca Scapellato un répondu:


+6
De son histoire, d’une part, il y a une image des allergies respiratoires non-sérieuses, mais présentes, et la dépression de l’humeur dans le traitement pharmacologique.
On pourrait émettre l’hypothèse d’une somatisation de l’anxiété (en d’autres termes, une libération de stress) sur des organes déjà soumis à l’attention, d’où la «faim d’air» et le bâillement forcé.
Une psychothérapie, pour apprendre à identifier les pensées et les situations qui déclenchent l’inconfort, pourrait être utile, ainsi que certaines disciplines, comme le yoga, qui améliorent la connaissance et la conscience du corps. Trouver un moment (sinon tous les jours, au moins une fois par semaine) qui est le sien, dans lequel vous pouvez vous détendre. Pas si longtemps, au moins un peu, une heure d’air sans travail et des pressions familiales. Peut-être que votre corps vous demande cela.

Category: anxiété |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle