Risque professionnel de la dentisterie au vih



Worshipper un demandé:
Chers médecins, je vous écris pour obtenir des éclaircissements sur l’incident suivant. Je suis odontologiste et, le matin du 24 janvier 2012, je travaillais sur un patient VIH +. J’ai dû effectuer un remplissage simple de la deuxième molaire supérieure gauche. Bien sûr, comme c’est un patient à risque infectieux, je portais les mesures de protection classiques (gants, lunettes de protection, masque avec une très grande visière et aussi une blouse de protection et un bonnet de protection jetable). Une fois l’anesthésie effectuée (un tube articaïne à 4% avec de l’adrénaline au 1: 100000), j’ai rincé le patient. J’ai donc commencé à enlever les caries. Pendant que je travaillais avec la turbine, je ne sais pas comment, mais j’avais l’impression que des gouttelettes étaient arrivées à proximité immédiate de l’œil droit. Ce sont probablement les micro-gouttelettes aérosols classiques produites par la turbine, c’est-à-dire la perceuse à haute vitesse. En tout cas, j’avais l’impression que des gouttelettes étaient arrivées à proximité immédiate de l’œil droit, peut-être même dans les yeux. Bien sûr, vu les antécédents médicaux du patient, j’ai immédiatement arrêté la procédure et je me suis lavé à la salle de bain. En me regardant dans le miroir, je n’ai pas remarqué de taches de sang sur la visière, sur le masque, sur les lunettes ni, bien sûr, sur mon visage. Simplement sur la visière il y avait des taches d’eau, le classique produit par la perceuse. À l’œil droit, aucune tache de sang n’était visible … ni aucune rougeur particulière. Cependant, j’ai encore lavé mon oeil sous l’eau courante pendant quelques minutes. Je suis donc retourné à la clinique et j’ai rempli les deux plombages. Je suis plutôt inquiet.

La situation est donc la suivante: j’ai peur d’avoir reçu une goutte d’eau dans le voisinage immédiat de l’œil, peut-être droit dans les yeux. Au moment de l’accident, il n’y avait pas de sang dans la bouche du PC. Bien sûr, quelques minutes avant que je pratique une anesthésie dans la zone immédiatement adjacente … et donc il y avait le saignement minimal classique. C’est un saignement qui s’arrête presque instantanément … et en tout cas j’ai bien rincé les morceaux avant de recommencer. Ce petit saignement peut-il avoir contaminé les gouttelettes d’aérosol produites par la turbine … assez pour déterminer la transmission du virus? !! Je déclare que la quantité d’aérosol avec laquelle mes yeux ont pu entrer en contact doit être vraiment extrêmement faible. Parlant sur le téléphone de l’ISS, ils m’ont dit d’être absolument calme. Ils m’ont expliqué qu’il devait y avoir une quantité de sang assez abondante, de manière à vous empêcher de garder un œil ouvert !!!

Je voulais aussi connaître ton opinion !!! Est-il le cas qu’il effectue les contrôles hématologiques? !! Merci!!!

1 Réponses

Profil Dr. Mario Corcelli
Dr. Mario Corcelli un répondu:


+5
Cher Docteur,

même si la muqueuse conjonctivale, comme vous le savez, est très perméable et donc sensible aux infections, à mon avis d’après ce que vous avez décrit, il n’y avait aucun risque d’infection par le VIH.
C’est vrai ce qu’ils ont dit à l’ISS, même si là ils ont exagéré (et insouciant) en lui disant que la quantité de sang doit être abondante «presque pour éviter de garder l’oeil ouvert»; en réalité, même une très petite quantité de sang, telle que celle de la quantité d’une goutte, suffirait à provoquer une contagion, mais en tout cas elle doit être une goutte de sang visible et ne pas passer inaperçue.
Dans son cas, en supposant qu’il y avait du sang dans l’eau en aérosol, il serait si petit qu’il contenait une charge virale insignifiante.

Je vous donne un exemple pour mieux encadrer la question de la charge virale; dans le personnel soignant, il n’y a pas de séroconversion du VIH après l’acupuncture avec des aiguilles utilisées sur des sujets séropositifs, précisément parce que la quantité de sang sur l’aiguille est très faible. Contrairement au VIH, cependant, les virus sont plus contagieux que le VHB et le VHC, au point que même une acupuncture peut produire une contagion pour les hépatites B et C.

Cela dit, pour la rassurer, je dois dire aussi, mais avec une extrême prudence, qu’en médecine il n’y a pas de certitude absolue quant aux risques de contagion; par conséquent, même si je lui disais que son risque n’est pas significatif ou très rare, presque hors de propos, je ne peux pas dire qu’il est égal à zéro.
C’est comme quand on achète un billet de loterie; ce sera très difficile pour lui de gagner, mais il n’est pas exclu qu’il puisse gagner.
Par conséquent, si vous voulez avoir la sécurité mathématique d’éviter une infection par le VIH, je vous suggère de passer le test de 30 jours; Je suis sûr que ce sera sûrement négatif et la sécurité de la négativité à 30 jours est proche de 100%.

SIDA: comment mesurer le risque

SIDA et environnement: maladies sexuellement transmissibles

La véritable histoire du sida

Cordialement


Category: HIV |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle