Quand utiliser des ondes de choc de faible intensité



Kryptonite un demandé:
Chers médecins,
J’ai presque 27 ans et je souffre de dysfonction érectile depuis quelques années maintenant. Bien que je puisse réaliser une érection par stimulation manuelle, même dans un court laps de temps (plus rapide même si seul), je ne peux pas l’obtenir spontanément — il est sans aide manuelle — pendant les étapes préliminaires. Alors qu’il y a quelques années il suffisait de m’embrasser avec des partenaires pour obtenir une érection décente, aujourd’hui je ne peux même pas dans des conditions de nudité lors des préliminaires. Soumis à deux examens andrologiques, il n’y avait aucune anomalie dans le pénis, les testicules et la prostate. L’échographie Doppler du pénis, tout en notant une raideur du corps entier a été atteint après les 10 premières minutes (en voie de disparition néanmoins assez rapidement dans les dix minutes après), il n’a trouvé aucun problème dans la circulation sanguine, afin d’être celui de flaccidité érection. Même quand j’ai eu une vie sexuelle satisfaisante, cependant, je n’ai jamais eu d’érections matinales. De temps en temps, se réveillant accidentellement pendant la nuit, j’ai trouvé plusieurs érections de bonne nuit plusieurs fois. Le test sanguin, réalisé en détail, ont révélé le manque de vitamine D3 (9, probablement en raison du fait que trois ans que je vais à la plage), et un excès de prolactine (23). L’andrologue a prescrit temporairement un paquet d’Androfix par jour et une bouteille hebdomadaire de D-Base 50 000 (en tout cas à prendre indépendamment de la dysfonction érectile). Le médecin m’a également dit que si je n’avais pas trouvé de bénéfices sexuels après le premier mois, la thérapie mentionnée ci-dessus aurait dû être remplacée par une thérapie plus spécifique, en mentionnant en même temps les ondes de choc de faible intensité. Depuis -Facile à immaginarsi- thérapie androfix et la vitamine D3 m’a causé des avantages par rapport à la condition dans laquelle je me suis adressé andrologue, l’étape suivante sera les ondes de choc de faible intensité. Si ce n’était pas cela, par des lectures soignées sur le net, je comprends que cette méthode a pour but de créer de nouveaux réseaux de vaisseaux sanguins, supposant ainsi une dysfonction érectile causée par une insuffisance de vaisseaux sanguins, donc un problème organique. L’échographie, tout en notant une perte rapide de l’érection, n’a pas encore trouvé de problèmes dans la circulation sanguine, il donc sembler une contradiction de recourir à des ondes de choc, quand mon problème est d’origine psychogène peut-être inconscient (depuis que je suis assez serein à l’acte sexuel). Chers médecins, vous — parlant — quelle thérapie me suggérez-vous? Ne vous limitez pas à l’écriture pour suivre mon andrologue (parce que je le fais déjà). J’essaie seulement de comprendre les voies potentiellement viables possibles, étant donné que celles testées se sont révélées inefficaces (et ces perspectives potentielles ne semblent pas cohérentes avec la cause de ma pathologie). Merci beaucoup.

4 Réponses

Profil Dr. Carlo Maretti
Dr. Carlo Maretti un répondu:


0
Cher utilisateur
ses déductions sont vraies en fait la proposition thérapeutique qu’ils mettent en avant est dépourvue de toute logique et doit être confronté à un autre spécialiste, et si la consultation des tests hormonaux ont déjà été réalisées avec le sexologue peut certamnte bénéficier.

Un salut cordial

Profil Kryptonite
Kryptonite un répondu:


0
Merci beaucoup pour la réponse sincère et rapide, Dr Maretti. Oui, j’ai fait les dosages hormonaux. Au début — de ma propre initiative — j’ai demandé la testostérone totale seule, ce qui donne 6,88 ng / ml (entre 2,49 et 8,36). Puis, sur indication de dell’andrologo en temps opportun, il a ensuite fait une plus complète (FT3, FT4, TSH, FSH, LH, etc. et bien d’autres valeurs que petit homme pour des raisons d’espace). A cette occasion, la testostérone totale a donné lieu à 5,75 ng / ml, libre de 37,1 pg / ml de testostérone (dans une échelle 5,0 et 43), tandis que la prolactine se un peu élevé (22,9 , dans une gamme de 2,1 et 17,7). En fin de compte, de tous les tests effectués, seule la prolactine et la vitamine D3 ont abouti à la norme. J’ai moi-même réalisé à l’époque qu’Andofix et D-Base 50 000 constituaient une thérapie douce par rapport à ma pathologie. Même mon médecin de soins primaires, quand je suis allé pour la prescription du D-Base 50 000, était de « rire » quand il parlait de Androfix, dit-il absolument inutile. Alors que les ondes de choc, comme je lis un peu partout, sont fonctionnelles à un problème de vascularisation que je n’ai pas. Je me sens très frustré parce que, bien que je sois un type plutôt séduisant (je le dis sans impudeur), à cause de ce problème, j’assiste pratiquement à l’annulation de ma vie sexuelle.
Profil Dr. Carlo Maretti
Dr. Carlo Maretti un répondu:


0
Cher utilisateur
Malheureusement, il faut un peu de patience, mais vous serez en mesure de retrouver une vie sexuelle équilibrée, frapper à une autre porte pourrait avoir ses réponses et pour les examens comme elle décrit, il n’y a pas d’anomalies, et cela vaut aussi pour le PRL.

Cordialement

Profil Kryptonite
Kryptonite un répondu:


+3
Merci beaucoup Docteur, je suivrai votre conseil.

Category: vitamine |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle