Problèmes sexuels: manque de désir, éruption insatisfaisante et appétit sexuel inexistant



Pylades un demandé:
Bon médecin du soir, je lui explique mon problème, ou plutôt le problème de mes partenaires qui, malheureusement, affecte négativement ma vie et notre relazione.Sto avec mon partenaire actuel depuis presque deux ans, et la relation que je conviviamo.fin dall’inizi il se rendit compte que la relation sexuelle était pour rien soddisfacente.In auparavant, avec d’autres, ont toujours été en mesure d’atteindre l’orgasme et j’ai toujours senti un problema.cmqNonostante soddisfatta.Mai les problèmes rencontrés au lit immédiatement la relation est en cours. problèmes ke imputavo la première fois à plusieurs causes, et je tente de justifier de quelque manière que, malgré les avoir nn jamais passé prima.E pour des problèmes signifie: — manque d’intérêt envers le sexe. vous savez, surtout au début, il est de plus en plus » entrelacé «(nous avions aussi notre maison, donc pas de problème d’emplacement), mais il se limitait à des baisers passionnés mais rien d’autre. Malgré mon excitation.
— érection insatisfaisante: si stimulée
Il atteint une légère érection qui disparaît peu à son indisposition après-tout sur le dialogue sexuel: chaque fois que j’essayé de lui faire comprendre que je manqué l’intimité que je manquais atteindre l’orgasme et se sentir nn à partir donna.All il imputait tous à un (imaginaire) la douleur ke brillante l’empêchait d’avoir des rapports sexuels, et chaque fois que je l’ai invité à consulter un médecin que j’étais « réduit au silence »! malgré QST douleur fantôme était parti seul, l’intimité avait été invariata.ASSENTE.I eu quelques relations et pour quelques mois signifie un tout, bien que, d’une durée de trois minutes qui définissent vraiment peu satisfaisante serait un euphémisme, ils ont seulement augmenté mon frustrazione.Ho donc commencé ce comportement en raison de l’inexpérience que la dynamique de la relation est la suivante : pénétration (sans aucune sorte de préliminaire assez pour exiger une crème pour la lubrification), réalisant l’orgasme de Dell de sa part après quelques minutes s, le tout avec une véritable érection de manque d’expérience de nos debole.ma va interférer avec des impulsions normales sessuali.come par titre, le manque d’appétit sexuel que de ne pas pouvoir en parler, comme aussi le fait qu’il nn voir comme un problème de la le manque d’intimité, malgré mes nombreuses fois il a été fait partie de ce (même l’invitant à « jouer »), sont les problèmes qui me conduit dans la dépression totale. Maintenant, je lui demande: — Ce comportement est-il normal chez un garçon? Peut « être attribué au manque de testostérone? -comme bouger x lui faire savoir que son assessualità est un problème? Et, plus généralement, que conseillez-vous de faire?
Autres informations: 23 J’est -il 28 — aucune pathologie à la surcharge pondérale il n’a pas de relations avec d’autres filles veulent à moi, il en dehors de l’intimité se révèle jalouse, même d’une manière spéciale, donc je me sens belle et esthétiquement attrayante pour les yeux des autres.

8 Réponses

Profil Prof. Giorgio Enrico Gerunda
Chère Mademoiselle, il est évidemment difficile d’y répondre sans connaître la personne qui manifeste le problème que vous décrivez. Il est assez inhabituel qu’un jeune homme de 23 ans n’ait pas un désir sexuel irrépressible envers une femme qui manifeste un fort désir. Le fait même qu’il ne veut pas approfondir la chose signifie que le problème l’affecte profondément et génère un état d’anxiété qui se reflète dans l’érection limitée de la rigidité et du temps. L’absence de préliminaires est le signe d’un faible niveau de désir qui ne concorde pas avec l’âge et la situation d’intimité que vous décrivez. La seule solution est une évaluation médicale par un andrologue et sur son indication par un psychologue pour approfondir la chose dans les aspects organiques et émotionnels. Le gros problème sera de le convaincre de faire ces passes. Je ne peux pas le recommander, mais je peux le lui dire. Vous le mettez dans une situation difficile en ce sens que si vous ne voulez pas être vu, dites-lui que cela pourrait remettre en question votre relation, ce qui, selon vous, est déjà assez précaire. Fais moi savoir. Cordialement Gerunda
Profil Pylades
Pylades un répondu:


+3
Bonsoir docteur et merci beaucoup pour votre aimable réponse. J’ai été heureusement surpris parce que je pensais que j’étais trop long, risquait de m’ennuyer et de dérouter l’interlocuteur. Au lieu de cela, je suis vraiment reconnaissant pour le professionnalisme et la courtoisie.
Sa réponse a confirmé ce que j’avais supposé, à la fois x expérience personnelle, donc grâce à mon expérience, ou celle des amis / amies, et grâce à mes quelques notions mais assez médicales valables qui me ont conduit à penser un problème de testostérone faible.
Malheureusement, j’ai essayé de persévérer dans mon « travail de convicimento » pour voir un psychologue, mais même avant de faire l’analyse pour l’évaluation de la testostérone (et à cet égard je veux lui demander des conseils sur ce que font précisément, compte tenu des coûts exorbitants. Je veux donc de bien vouloir me montrer les initiales des personnes les plus importantes pour jouer x évaluer la testorenico niveau) … Et je j’ai acculé également menacé de disparaître. Et franchement, après un an et demi d’abstinence forcée, ce qui m’a conduit à des épisodes dépressifs majeurs (à cet égard, je demande, est normal ce qui me passe? Bien que la réponse que je sais déjà) .. En bref, si nn il y aura des changements, cette histoire, déjà terminée, parce que je pense que sans intimité, ce qui est arrivé avant, nn est une histoire.
Je n’ai même pas pu dormir plus longtemps au lit.
Depuis plus d’un an maintenant. Je dors sur le canapé. Parce que j’étais venu à souffrir tellement qu’il ne m’avait jamais touché, qu’il ne pouvait pas répondre aux provocations, que je ne pouvais plus dormir. Chaque nuit, je passais entre les larmes et les crises hystériques en silence, à la recherche d’une raison. Pendant que j’étais sur la table de chevet, je pouvais voir mon téléphone rougeoyer avec des messages d’un prétendant. Et le garçon que j’avais au lit dormait.
Alors maintenant je dors sur le canapé. Et lui, avant d’aller dormir seul dans son lit, est sur le canapé à côté de moi. Regarder la télé. Toute forme de provocation ne fonctionne pas. Pas même le plus «extrême» qui ferait capituler un homme.
Je suis tellement frustré que très souvent pour avoir provoqué l’apostrophe comme «gay» ou je lui dis clairement qu’il est le seul «conseiller» avec qui j’ai été
..mais rien. Rien ne l’éperonne. Et je continue à me dire que ce n’est pas normal.
Profil Pylades
Pylades un répondu:


+4
Cher Docteur. Gerunda, j’ai une autre question à leur poser, si possible.
En cliquant sur son profil, j’ai passé en revue son programme d’études et j’ai lu que, entre autres spécialisations, il s’occupe également de maladies pulmonaires.
Je vous explique brièvement, depuis un an et demi, que le stress que cette relation me donne n’est pas suffisant (et que le stress est un euphémisme), j’ai été hospitalisé deux fois à l’hôpital, en pneumologie. Les deux fois diagnostiqué avec COPD d’abord et la fibrose pulmonaire puis, heureusement pour moi refusé immédiatement après une analyse plus approfondie. Mais en fait, ils ont été capables de me dire ce que je n’ai pas, mais encore aujourd’hui, après deux angio tac avec un moyen de contraste qui montrent des formations pseudonodulaires avec du verre dépoli, etc. (alors si vous me montrez comment faire je serais heureux d’envoyer les rapports pour son avis), angio tac fait un an plus tard et qui montrent la même chose. Rien n’a changé en un an.
Après bronchoscopie avec résultat négatif.
Après spirométrie PARFAITE. répété plusieurs fois.
Après plusieurs (et extrêmement douloureux) EGA, qui montrent toujours une valeur d’oxygène extrêmement basse (toujours autour de 60).
Je ne sais toujours pas ce que j’ai.
Il suffit une fois tous les quelques mois je me retrouve à l’hôpital avec dipsnea clinique, forte similaire, ce qui provoque parfois cyanose je fais face quand il est fort, et fort, mais le sens très fort de la fatigue. Parfois presque la confusion.
Rapidement à l’hôpital, ils faire les tests mentionnés ci-dessus, et d’autres analyses tout à fait normal, à l’exception IL DIDIMERO (mais je sais que cela peut être le signe du tout ou rien) J’est arrivé à 480.
Et ponctuellement je suis hospitalisé pour les valeurs absurdes de mes hémogas, que je répète entre autres choses à plusieurs reprises, pour constater l’exactitude de ces valeurs si basses.
Donc j’aimerais savoir, que pensez-vous de cette situation?
Merci d’avance et je me réjouis de vos aimables commentaires.
Merci.
Profil Prof. Giorgio Enrico Gerunda
Chère Madame une saturation de 60 à l’oxygène est très faible et indique une situation d’échange gazeux pathologique, par ailleurs d’être pleinement compatible avec une BPCO et la fibrose pulmonaire. Je ne comprends pas pourquoi le diagnostic est pas confirmé par spirométrie et est mise en évidence dall’EGA. Je pense qu’il est approprié pour vous de contacter un bon pneumologue qui sait comment définir votre situation. Il est possible qu’elle va dans les périodes contre les crises d’asthme sans qu’il est clair que la chose, ou est le reflet d’un reflux gastro-bronchopulmonaire qui provoque une régurgitation acide dans la trachée et des bronches, ce qui induit un spasme bronchique. Comme vous pouvez le voir les situations sont différentes et complexes à définir et certainement je ne peux pas le faire par email. Pour l’autre problème, je pense qu’il y a peu à dire ou à faire. La déchirure du sommeil pendant un an sur le canapé a déjà fait et tout ce qui reste est de faire une autre larme plus grave (rupture dans le temps de penser), même si bien sûr conduit facilement à une rupture définitive.
Je suis désolé pour la situation. Cordialement
Gerunda
Profil Pylades
Pylades un répondu:


+5
Cher docteur, merci beaucoup pour votre réponse rapide. Concernant les problèmes de «couple», entre guillemets car en réalité ce sont des problèmes plus sérieux que de simples querelles qui peuvent survenir entre amoureux. Alors sûrement, mis à part essayer d’avoir beaucoup de problèmes pour ce type, je ne peux plus le faire. Malheureusement, je le remets en place.
Quant à mon problème, eh bien, croyez-moi, j’ai fait de la recherche indépendamment en utilisant les concepts que j’ai, après les médecins «importants» de l’hôpital de ma ville, j’ai toujours liquidé sans raison. Bien sûr, je suis très heureux que le diagnostic de fibrose pulmonaire et de MPOC ait été exclu. Mais d’un autre côté je me demande, qu’est-ce que j’ai? Parce qu’au bout d’un an (ou un peu plus) deux angiotac sont les mêmes avec ces formations de verre au sol pseudo-nodulaires, mais la bronchoscopie, etc. sont toutes excellentes?! J’étais un bon pneumologue .. Ou plutôt j’ai été hospitalisé l’année dernière, pendant un bon mois, dans le service de pneumologie … Jamais fait d’oxygène .. Mais de nombreux tests, tous normaux. A l’entrée j’ai eu de l’oxygène à 62 (Ega) à la démission après un mois, 78 !!! A 28 ans, sans pathologie, avec une légère surcharge pondérale (que dépend toutefois d’un médicament qui suppose malheureusement, la méthadone, 120 mg / j x l exacte) avec un bon courant vie, il est pas normal.
Ah il pourrait dire que, comme si assez nn, la chose la plus absurde est que les EGA ont une faible (ou élevée si l’on prend comme référence le co2), mais l’oxygénation mesurée par l’oxymètre, est toujours autour de 90 / 92. Pas normal mais pas même bas.
NN J’ai de la toux ou d’autres symptômes. Je me rends compte quand j’ai ces carences en oxygène parce que je me sens épuisé, je commence à avoir des difficultés à parler et mon visage devient gris.
Je sais ce que je n’ai pas, mais j’ai très peur parce que je ne sais pas ce que j’ai.
Profil Prof. Giorgio Enrico Gerunda
Chère Madame, vous me dites que vous prenez de la méthadone de façon chronique. Cela pourrait être un problème, parce que dans la méthadone est présent nitrofurantoïne qui pourrait produire de manière autonome la fibrose pulmonaire accélérant la genèse des radicaux oxygène dans les cellules Cela incite une réaction inflammatoire et fibrotique qui aggrave la situation. Peut-être que l’on devrait étudier ce domaine. Meilleurs voeux et meilleurs voeux pour les deux situations. Tenez-moi au courant si vous le souhaitez.
salutations
géronda.
Profil Pylades
Pylades un répondu:


+2
Cher docteur, je vais certainement vous tenir au courant, lorsque vous vous trouvez devant un professionnel comme vous qui fournit un tel service, professionnellement et aussi «humain», vous êtes vraiment agréablement surpris.
Je voulais juste faire une dernière remarque sur la question de la méthadone, puis je promets de ne pas voler le précieux temps que je suis en train de me donner.
Le directeur de mon sert, compte tenu des fortes doses de méthadone que je prends, s’est assuré d’exclure toute corrélation possible entre les deux. Aussi, bien sûr, pour échapper à tout «problème». Et pour cette raison, pour se protéger et protéger ses collègues, il l’a fait de la meilleure façon. Et rien n’est sorti. Le primaire de la pneumologie a dit qu’il n’y a aucune corrélation entre la méthadone et les problèmes que j’ai. De toute évidence, étant un opiacé, la méthadone peut causer des problèmes respiratoires, et à cet égard, ils m’ont fait répéter la spirométrie si souvent, ce qui est parfait.
Donc la conclusion était que la méthadone n’a rien à voir avec ça. La seule chose qui a été mise en évidence par la pneumologie primaire et son équipe, ce qui est par ailleurs assez évident, c’est qu’il peut y avoir une corrélation entre le tabagisme et cette étrange pathologie. Non seulement fumer de la cigarette, mais être traité à sert, aussi évidemment de la fumée d’héroïne (que j’ai utilisée pendant 13 ans, et que cmq nn j’en utilise plus depuis au moins un an). Mais c’est toujours une chose hypothétique. Cela n’explique pas la symptomatologie. Paroles des médecins. Donc, la méthadone n’est pas la cause, la fumée est certainement bonne (moins que l’héroïne), mais cmq n’est pas suffisant pour donner un sens à mon tableau clinique absurde. Je ne sais plus à qui me tourner, et j’ai peur d’être fâché, même si les examens parlent pour moi.
Comme je vous l’ai déjà dit, je n’ai aucun symptôme, sauf quand l’oxygène fait plus défaut, mais ne tousse jamais ou ne ressemble pas. Je n’ai pas de maladie chronique. Et malgré mes 13 ans de toxicomanie, depuis l’adolescence, je n’ai pas de maladie infectieuse (grâce au mien, malgré tout, le bon sens).
Je pense nn je ne serai jamais venu à la fin, je me suis tourné vers les médecins les plus talentueux et beaucoup d’analyses douloureuses, le médecin qui me suit à SeRT depuis que j’avais 15 ans, est un talentueux professionnel et connaît mon histoire médicale, mais une réponse nn là-bas. Et j’ai peur que seulement quand il est tard ils trouveront un diagnostic.
Je vous tiendrai au courant, et je ne prendrai plus de temps. Au moins pas dans l’immédiat. Cordialement.
Profil Prof. Giorgio Enrico Gerunda
Chère Madame, si vous avez déjà payé à pneumologues compétentes qui ont évalué l’interférence de la toxicomanie 13 ans d’héroïne et les effets possibles delmetadone, je peux à peine lui donner les meilleurs conseils. La seule chose que je peux recommander juste pour comprendre sa situation est de mettre dans votre sac un bronchodilatateur (la bouffée d’être aspiré) à utiliser immédiatement quand ils commencent les troubles. Si cela fonctionne, cela signifie qu’il y a un problème d’obstruction bronchique dû à un mécanisme qui nous échappe actuellement et qui pourrait être temporairement résolu par le médicament. De toute évidence, sa situation psychologique et le stress qui en résulte peuvent influencer le déclenchement de la crise. Faites-moi savoir si vous l’aimez. Cordialement
Gerunda

Category: femme |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle