Perversion sexuelle Horrible



Gallmon un demandé:
Je déclare que plus qu’une réponse d’un psychologue conviendrait à un psychosexuologue compte tenu de la nature de la consultation.
Dans l’autre consultation, j’ai exprimé mon obsession avec la taille du pénis et l’effet visuel excitant qui peut donner aux femmes un gros pénis comparé à un petit. Je vous conseille de lire rapidement l’autre consultation pour avoir une idée et comprendre la dynamique.
Cependant, il y a quelques jours j’ai pensé à une pensée, une image:
Ma copine qui m’a trahi avec mon meilleur ami juste parce que plus doué avec moi (donc il avait plus d’excitation sexuelle envers lui). Dans cette pensée, la taille du pénis était la seule raison pour laquelle il m’a trahi. Je n’avais pas d’autre rôle que «ce qui semble»
Ce qui me frappe, c’est que j’ai trouvé ce fantasme en même temps TRÈS excitant mais tout aussi répugnant et dénigrant envers moi.
Honnêtement, je ne sais pas où il a sauté, mais faire quelques recherches, je trouve que c’est le fantasme typique des hommes, souffrant souvent de micropénis, qui, en raison de leur population de télévision payante « inadéquation » bien équipé pour répondre aux femmes et sont excitant d’être trahi seulement pour cette raison.
Je n’ai aucun problème de taille, même si j’étais convaincu il y a des années.
Dans la vie réelle, je ne permettrais jamais que cela se produise, mais seul le fait de trouver une chose si excitante me trouble beaucoup, bref, je suis presque nul.
J’ai eu de sérieuses chutes d’estime de soi dans la période de 13-14 ans et pendant un moment toujours à cet âge je pensais que j’étais bisexuel, c’était un mauvais moment mais je n’ai jamais rien fait et je ne trouve pas excitant la figure d’un homme-garçon même si objectivement belle.

Je ne veux pas te dire de sortir cette chose de mon esprit, tu n’as pas de baguette magique. Je ne demande qu’une seule chose: un fantasme comme ça, chez un garçon de 17 ans (qui n’a aucun problème de nature sexuelle), d’où peut-il venir? Je réalise que je ne suis pas normal et j’aimerais savoir pourquoi.
Est déjà que vous n’êtes pas ici pour juger, mais même je suis honte d’écrire ici dans l’anonymat complet et je suis sûr que vous trouvez trop quelque chose d’étrange … sinon « malade ».
Je vous remercie

10 Réponses

Profil Dr. Emanuela Carosso
Dr. Emanuela Carosso un répondu:


+1
Tout d’abord, il ne me semble pas que les femmes éprouvent une excitation sexuelle à la vue des grands attributs sexuels masculins. Si cela se produit, ils semblent essayer des expériences américaines, cela se passe en dessous du niveau de conscience, mais c’est plutôt l’idée qu’il s’agit d’un préjugé masculin, basé sur le type d’excitation visuelle auquel sont soumis les mâles eux-mêmes.
Le fait qu’elle ait, à son âge, des doutes sur une éventuelle bisexualité me semble tout à fait normal: la confusion sur son orientation sexuelle est une phase qui traverse, entre la puberté et l’adolescence, la majorité des jeunes des deux sexes.
Quant à son fantasme sexuel, il est évident qu’il tire son pouvoir de sa charge transgressive, comme tous les fantasmes sexuels et, comme tous les fantasmes sexuels, dépend de la maturité, de la maîtrise de soi et du bon sens, décider si et dans quelle mesure est légal et mérite de le mettre en pratique.
Si nous nous sentons le besoin d’un aituo psychologique, ne pas hésiter à demander, par le Service national de la santé, sur dont le mode d’action peut informer leur médecin de soins primaires ou en privé.
Cordialement.
Profil Dr. Armando De Vincentiis
Dr. Armando De Vincentiis un répondu:


+3
Cher garçon, tout ce qu’il dit appartient aux doutes physiologiques qui émergent à son âge ainsi que les fantasmes qui, d’une part, excitent pour leur charge érotique et transgressive et de l’autre, sont rejetés pour une attribution moralisatrice dictée par des croyances de fonds pour lequel certaines choses ne devraient pas être désirées. Un conflit physiologique qui entre dans la vie quotidienne de nombreux jeunes et moins jeunes qui, bien sûr, ne peuvent être considérés comme anormaux ou malades.
Salut
Profil Dr. Sabrina Camplone
Dr. Sabrina Camplone un répondu:


+3
Gent.le garçon,
Je suis désolé de vous décevoir, mais ses fantasmes ne sont ni pervers ni pathologiques, ils ne sont que le résultat d’une «projection» de ses insécurités sur sa petite amie, à qui il attribue un organe génital de plus grandes dimensions.
Comme son collègue l’a expliqué, la source du désir et de l’excitation sexuelle féminine n’est certainement pas la taille.
La chose importante est que vous essayez de ne pas blâmer parce que cela ne ferait que nuire à son estime de soi en renforçant un décodage déformé (de son insécurité) de la réalité.
Profil Dr. Roberta Cacioppo
Dr. Roberta Cacioppo un répondu:


+4
Cher garçon,
Je suis largement d’accord avec l’opinion déjà exprimée par mes collègues.

Je voudrais ajouter une question que je considère très important de la distinction entre le fantasme et le désir est fondamental pour l’équilibre psychologique d’une personne, et dans la sphère sexuelle risccontri cela est particulièrement évident.

Laissez-moi vous expliquer: s’énerver en formulant un certain type de fantasme ne signifie pas vraiment vouloir que certaines choses se produisent. Étant donné que la sexualité a besoin — pour une expression optimale — un soutien émotionnel et « cerveau » (eistono non seulement des données physiologiques réfléchies par la stimulation), les fantasmes permettent tout simplement la possibilité de lâcher prise, de voyager avec son esprit, imaginer des réalités alternatives . Mais que ceux-ci restent!

convivialité,

Profil Gallmon
Gallmon un répondu:


+2
Merci pour les nombreuses réponses, que j’ai lues avec la plus grande attention.
Je suis heureux de ne pas être malade ou quoi que ce soit d’autre.
Pour répondre au Dr. De Vincentiis, je crois que le fait que je trouve (même) répugnant ce fantasme n’est pas dû à des canons moraux inconscients, mais plutôt au fait d’être moqué de cette manière, par elle, par lui ou par les gens que je connais … pour le fait que si cela arrivait et sortait, je subirais un traumatisme psychologique si fort que je ne pourrais pas le surmonter. Mais ce n’est que mon hypothèse … pas si je suis sûr et je pense que la meilleure chose est d’essayer de ne pas y penser.
Merci encore.
Bonsoir.
Profil Dr. Sabrina Camplone
Dr. Sabrina Camplone un répondu:


+4
«Si cela arrivait et sortait, je recevrais un traumatisme psychologique si fort que je ne pouvais pas le surmonter.»

ce n’est pas en transformant ses peurs en obsessions qu’il parviendra à les «exorciser», comme tu l’as souligné, plutôt que l’imagination elle-même, ce qui terrifie c’est le jugement des autres, auquel elle attribue un pouvoir énorme: celui de pouvoir de le traumatiser simplement par leur dérision. Qu’en penses-tu?

Profil Gallmon
Gallmon un répondu:


+3
Je crois que vous avez atteint la cible.
En fait, je suis toujours très inquiet du jugement des autres, et en particulier des connaissances.
Je sais qu’il est facile de s’inquiéter de ce que les autres pensent de moi … mais je ne pense pas que je puisse tricher.
En tout cas, comparé à la période de 13-14 ans s’est beaucoup amélioré, d’abord si quelqu’un a même supposé quelque chose contre moi j’ai passé les jours à y penser et essayer, maladroitement, de remédier même pour des choses que je n’avais pas faites ils … Bref, essayez de changer leurs pensées sur moi (ce qui est absurde).
Profil Gallmon
Gallmon un répondu:


+2
Puis-je ajouter que ma peur (si l’imagination devait se réaliser, espérons pas), est que les gens, vous savez le plaisir de faire de moi non recyclé le reste de ma vie.
Dès le plus jeune âge, on me tournait en dérision (en raison de mon ancien surpoids) et un véritable «harcèlement psychologique» pour m’isoler … en fait je me souviens très bien qu’à l’école primaire je passais les récréations seul, jouant avec de la boue parce que les autres ne me considéraient pas convenable pour faire un autre jeu, et parce que j’avais peur d’être jugé.
Il en résulta une situation dans laquelle j’étais toujours derrière mon meilleur ami de l’époque, à qui je confiai pratiquement ma protection et le devoir de répondre et de réagir aux dérisions à ma place.
Il était mon exact opposé … extraverti, populaire, avec beaucoup de filles dans le remorquage etc.
Ne nie pas que je toujours envié tant … même au collège, je suis « bullato » mais avec l’aide d’un autre ami que j’ai appris à se rebeller et à me respecter).
À ce moment, j’ai pratiquement abandonné mon ancien meilleur ami, l’évitant … toujours par envie … Je pense qu’il m’apporte toujours des rancunes et il a toutes les raisons.
Je ne sais pas si j’ai digressé mais ça pourrait être tout connecté … ou ai-je tort?
Profil Dr. Sabrina Camplone
Dr. Sabrina Camplone un répondu:


0
Gent.le garçon,
s’il relit ses mots, il remarquera comment sa capacité d’introspection lui a permis de remonter aux origines de sa pauvre estime de soi, qui, bien que progressivement augmentée, est encore fortement conditionnée par une sorte de complexe d’infériorité qui la conduit à se méfier de lui-même.
Chacun de nous tend naturellement à réaliser son individualité, mais parfois nous devons nous assurer que les conditions deviennent facilitantes et cela nous oblige à prendre la responsabilité de nous donner le droit d’exprimer nos sentiments, non parce que nous sommes désintéressés par l’opinion / jugement de l’autre, mais parce que nous ne sommes pas disposés à «déléguer» à l’autre le pouvoir de nous faire sentir comme une mauvaise personne.
Profil Gallmon
Gallmon un répondu:


0
Je vous remercie beaucoup!
Bien que seulement une consultation sur internet, ça m’a beaucoup aidé et je me sens déjà plus serein 🙂
Au revoir et merci encore pour l’aide!

Category: fantaisie |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle