Masochisme sexuel



Morra un demandé:
Chers médecins. Je fréquente l’université et je déclare que je n’ai jamais eu de relations sexuelles avec une fille, principalement pour les raisons énumérées ci-dessous.
Depuis mon enfance, j’ai développé des fantasmes masochistes plutôt poussés, et tout cela a été accentué par l’adolescence (je pense que cela complique la prolifération de vidéos à caractère sadomasochiste sur le web découvertes au début de l’adolescence). Le souvenir suivant par exemple j’ai été très impressionné et je pense qu’il est très représentatif: à l’école primaire j’avais une copine (la même avec laquelle j’étais ensemble jusqu’au collège), et un jour il m’a donné un coup de pied par erreur, et je me souviens une grande excitation pour cela.
Si je dois chercher une cause dans tout cela, à la lumière de ce qui lu de façon sporadique sur le sujet, je pense qu’il est en raison d’une relation très lointaine avec ma mère: souvent froid, presque jamais rassurante, despotique … mais cela va au-delà Je voulais te demander.
Jusqu’à il y a deux ans, je vivais avec ce trouble sans poser de problèmes; alors j’ai l’opportunité d’aller au lit avec une fille que j’aimais, et je me suis rendu compte que si je n’avais pas demandé à être «maîtresse» je n’aurais probablement pas d’érection, ce que j’ai décidé d’envoyer en amont (tous les amis), et ma réputation irait à la scatafascio à la fois dans le cas de la dysfonction érectile, et au cas où vous auriez demandé d’agir comme ci-dessus en sachant très probablement la réponse en hilarité absolue). Ici j’ai ouvert un monde: j’ai réalisé que mes fantasmes ne seront pratiquement jamais réalisés dans la réalité, sont des femmes presque inexistantes qui veulent un homme soumis, dans les vidéos qui sont sur internet celles qui apparaissent ne sont que des actrices qui le font pour de l’argent .
Tout cela pour dire que la situation est devenue insupportable pour moi puisque j’ai essayé en vain de laisser ces fantasmes derrière moi et de mener une vie sexuelle normale. J’ai toujours essayé de résoudre les problèmes par moi-même, toujours, mais cette fois je suis devant une bête plus forte que moi: comment puis-je retirer de ma façon d’être ce côté malade de ma sexualité et agir et penser comme le presque tous les gens? Pour la première fois, ma situation sexuelle désastreuse me détruit psychologiquement, avec de lourdes répercussions dans la vie quotidienne (même à l’université et dans la vie sociale): je suis déprimé, apathique et sans perspectives d’avenir pour le futur. J’ai besoin d’aide, de bons conseils, un bon livre: Je ne peux pas aller à un psychologue pour le moment (ils ne sont pas financièrement indépendants, et je ne dirai jamais rien de tout cela mon, de honte et parce que je ne ai jamais eu une relation très ouvert avec eux).
Désolé si j’étais bavard, mais j’ai essayé d’évacuer de la manière la plus synthétique que j’ai portée pendant des années.
Merci d’avance.

9 Réponses

Profil Dr. Paola Scalco
Dr. Paola Scalco un répondu:


+2
Cher garçon,
dans cette période il y a une fille qui s’intéresse particulièrement à elle?
N’ayant jamais encore vécu de relation, comment pouvez-vous être sûr que la situation se déroulera comme vous le craignez?
Je ne pense pas qu’un simple conseil ou la lecture d’un livre puisse être décisif, mais certainement si les choses sont telles qu’il les écrit, il a besoin d’aide.
Pour rencontrer un psychologue en personne, il n’est pas nécessaire de contacter un professionnel privé, mais moyennant le paiement d’un ticket modeste il est possible de faire des sessions dans les Services Psychologiques des Unités Locales de Santé ou, même gratuitement, au Consultorio.
Je joins une lecture pour plus de matière à réflexion:

Salut.

Profil Morra
Morra un répondu:


0
Merci pour la réponse rapide.
Oui, une fille que j’aime bien, mais pour le moment je n’ai pas envie de finir quoi que ce soit (ce sera probablement encore une «occasion manquée»), jusqu’à ce que j’aie réglé les conflits intérieurs qui m’agrippent. En fait, il est vrai que je ne peux pas savoir à l’avance si je dysfonction érectile sans avoir connu un rapport à 2, mais il est vrai aussi qu’il est le temps qui ne me excite pas les seins beaucoup une belle assise ou belle, qui il arrive plutôt qu’une fille me frappe accidentellement avec des bottes en croisant ses jambes par exemple, et cela s’accentue dans des moments de stress comme celui-ci (je crois avoir choisi le cursus avec la même logique masochiste avec laquelle j’aurais choisi une fille).
Pour se tourner vers un psychologue ASL je (je suppose) aller à votre médecin généraliste pour exigeant, qui est presque une amitié, et je serais honte: dans la mesure où elle est tout à fait raison quand il dit dans son texte que je devrais penser qu’un docteur n’est pas là pour me juger, mais je ne serais pas capable de donner juste la relation amicale. À ce stade, je serais enclin à être inspiré par le conseil dans le cas.
Merci encore pour votre réponse.
Profil Dr. Franca Esposito
Dr. Franca Esposito un répondu:


+5
Cher garçon,
Je pense que sa demande mérite un examen assez approfondi et malheureusement, un site en ligne ne peut pas être le bon endroit.
Le masochisme sexuel peut être encadré dans une personnalité complexe.
Probablement dans votre vie quotidienne, elle a une excellente affirmation, mais dans la dimension sexuelle de cette fantaisie, elle serait capable de mieux s’exprimer.
La première chose à vérifier est de savoir si sa tendance est réelle et si elle rend vraiment impossible une relation d’égalité satisfaisante.
Cela dit, je ne recommande pas de moduler vos fantasmes sur ce qui est montré sur les sites Web. Ce sont souvent des opérations de marketing à différents niveaux.
Mais il n’est pas impossible, même si ce n’est pas très fréquent, de trouver un compagnon qui a une tendance complémentaire à la sienne.
Ce qui doit bien délimiter sont les véritables limites de sa tendance.
Cordialement.
Profil Morra
Morra un répondu:


+4
Cher docteur, merci pour votre réponse.
La question est juste comme vous le dites: «arrêtez de moduler mes fantasmes sur ce qui est montré sur les sites»; le problème est que j’essaie, je suis arrivé même un mois sans ouvrir un de ces maudits sites, mais alors la volonté est débordée et tombe dans le vortex. Et chaque fois que cela m’arrive, je suis de plus en plus découragé. C’est pourquoi j’ai demandé s’il y avait quelque chose à faire, sans avoir recours à un psychologue pour l’instant, pour éviter de telles rechutes. Fils conscient qu’il n’y a pas de potion magique, donc probablement il n’y aura pas un remède au problème d’un conseil en ligne (pour qui servira certainement les séances), mais au moins un pis-aller temporaire jusqu’au jour où je peux aller à un psychologue sans rendre compte à personne (je ne voudrais pas que quelqu’un de ma connaissance connaisse sincèrement mon côté obscur).
Seulement si ce côté pervers de moi est au moins temporairement mis au repos, je me sens prêt à tenter une relation égale.
Alors il est vrai qu’il y a des filles avec des tendances complémentaires, mais, en raison des modèles culturels, gardez leur propension à l’obscurité, et il serait impossible de les trouver à moins de vous inscrire sur des sites de rencontre «alternatifs» J’arriverais à un tel point serait comme admettre une profonde défaite personnelle
Profil Dr. Franca Esposito
Dr. Franca Esposito un répondu:


+2
Cher garçon,
L’attitude la plus productive pour faire face à un problème est de ne jamais y échapper mais d’approfondir ses connaissances.
Je vous suggère de lire un livre que j’ai trouvé intéressant:
La perversion sadomasochiste de Franco DeMasi, ediz. Bollati Boringhieri.

Alors lis-le si tu veux m’écrire et me dit combien il l’a traité utile.

Je pense qu’il est courant d’éviter de se connecter à ces sites qui fascinent à la fois et un bon système de défense. Il y a en effet dans toute personne qui professe une «foi» l’intention de faire du prosélytisme et la possibilité d’utiliser un site interne qui vous permet d’envisager la diffusion de cette culture (c’est une technique utilisée par n’importe quel média)
À bientôt!

Profil Dr. Valeria Randone
Dr. Valeria Randone un répondu:


+1
Cher garçon,
Le masochisme sexuel et pas seulement exige une analyse très approfondie et ne se sépare jamais de la personnalité, de la vie et de l’histoire sexuelle de ceux qui la portent.

L’érotisation de la souffrance, c’est ce qu’elle est, est amplifiée par la dimension psychologique de la soumission à l’autre et par la dynamique relationnelle qui en découle.

Il est vrai qu’en pourcentage il y a plus de femmes subjuguées que d’hommes et d’hommes dominants qui sont soumis, mais il est également vrai que dans le sado-masochisme, les parties sont souvent inversées.

En général, les règles qui sous-tendent ces pratiques, protègent les protagonistes eux-mêmes des actions et de la sécurité ( « mot de veille », la commande qui donne la possibilité au partenaire passif d’interrompre le jeu), le consensus (la personne qui assume la le rôle de «soumis» s’accorde à être sur la base d’un accord égal pris par les deux parties avant de commencer le jeu), la «flexibilité des rôles» (qui peut devenir interchangeable), donc ses hypothèses de rester seul pour la vie , peut ne pas être implémenté.

D’un autre côté, la vraie complexité réside dans l’intégration de ces fantasmes, à la fois dans sa relation et sa vie sexuelle, peut-être dans un couple, et dans sa personnalité.
D’après ce que je lis d’elle, vivant cette pratique uniquement avec l’autoérotisme, elle tend à la considérer comme la seule source de plaisir et comme une sorte de «ghetto de sésusalité».
Comme suggéré par le collègue dotto.Exposed, une bonne lecture et un approfondissement théorique de la dynamique psychique, pourrait être la voie gagnante.
chers voeux

Profil Morra
Morra un répondu:


+5
Merci pour les réponses. Je vais essayer d’obtenir le livre le plus tôt possible.
Mais c’est vrai: en cherchant un peu à m’analyser, je vois que toute ma personnalité est masochiste, car on ne peut en réalité faire une analyse de ma dimension sexuelle, net d’un examen de mon être. Je me rends compte que beaucoup (pas tout pour la chance) de ce que j’ai fait jusqu’ici dans la vie n’a pas été tellement pour l’intérêt personnel, surtout pour s’il vous plaît des tiers. Et peut-être (ils sont toutes mes hypothèses) le masochisme sexuel n’est rien d’autre que le test décisif d’une mentalité entière visant à être blessé.
Laissez-moi vous expliquer: si une situation crée une souffrance intérieure, je ne fais rien pour en sortir, plutôt, ils s’embourbent de plus en plus, dans un vortex qui entraîne souvent une dépression (comme dans cette période). Je fais tout pour aggraver ma situation actuelle d’apathie: je n’étudie pas comme je le devrais, et j’ai accentué la fréquentation des sites sadomasochistes. Je me rends compte que je suis dans une spirale où la dépression et le masochisme (sexuel et psychologique) sont étroitement liés. Autrement dit, dans la mesure du masochisme sexuel est une réalité que je porte autour comme un enfant et que mon ego a tendance, son intensité dépend de la contrainte à laquelle ils sont soumis, et au-delà d’un certain seuil de stress, au-delà duquel je me sens la douleur intérieure, il devient instrument comme beaucoup d’autres à mettre en œuvre une pulsion destructrice envers moi-même, ce qui augmente ma frustration, ce qui augmente mon désir masochiste, ce qui augmente ma frustration …. Un exemple pour moi significatif: il y a 4 ans j’ai vécu une période particulièrement rose, pleine de satisfaction personnelle, quelque chose qui ne m’est pas arrivé depuis des années, et pendant cette période (environ 3 mois) je ne suis jamais entré dans un de ces sites. la pulsion sexuelle masochiste.
Je veux donc rejeter dans tous les sens pour trouver une fille qui vont de pair avec ces mes instincts: alimenterait cette partie autodestructrice mon ego quand je préférerais guérirai après des années quand peut-être que je suis trop insouciante, et enfin profiter de ma vie avec sérénité, sans cette angoisse se vautre bien dans le mécanisme destructeur ci-dessus.
Tout cela pour dire que je prends de plus en plus conscience de ne pas pouvoir gérer seule la situation: je pense donc à m’adresser à un psychologue. Maintenant la question fondamentale est, puisque je devrais bien sûr passer pour le mien: si votre enfant dirait «regarde, j’ai une sexualité perverse, et je veux la guérir avec des séances par un psychologue», sincèrement, comment réagiriez-vous? Il est vrai que les parents devraient dire « choux, est mon fils, je dois le traiter, et quelle faute il peut avoir si vous avez ce problème, » mais je doute qu’il y ait une telle réaction froide à l’heure actuelle, plus j’attends consternation
Profil Dr. Valeria Randone
Dr. Valeria Randone un répondu:


+3
Je crois que, n’étant plus mineur, il peut décider de se traiter de façon indépendante, dans un établissement public, et donc à bas prix.

De plus, ses parents n’ont pas nécessairement à connaître les motivations qui la poussent à consulter le psychologue.

Peut-être un parent serait plus serein de savoir dans le traitement, que dans la solitude douloureuse en ligne

Profil Dr. Franca Esposito
Dr. Franca Esposito un répondu:


0
Cher garçon,
Si je devais conseiller un enfant ou de toute façon une personne qui me demande vraiment comment gérer une sexualité masochiste, je lui dirais d’essayer de comprendre ce que son désir est vraiment. Comprendre son propre désir peut être le but de toute une analyse!
Parce que souvent, nous regardons à notre désir de critères gaussiennes (intedendo Cette distribution à long terme de la courbe de Gauss dans laquelle la majorité de l’échantillon observé est situé dans la zone centrale de la courbe.) Mais il y a deux extrêmes courbe dela qui fait partie de l’échantillon, une minorité mais présente.
Dans le cas du sadomasochisme, et en particulier du masochisme, il n’est pas correct de dire que le désir est la softiffité. Le désir, cependant, est la jouissance. C’est la modalité avec laquelle on atteint cette jouissance perverse (dans le sens de suivre compulsivement un verset anormal). La dynamique de la perversion sado-sochonique est basée sur le pouvoir.
Probablement dans son histoire d’enfance il y aura des épisodes dans lesquels elle a éprouvé du plaisir dans des circonstances qui ne sont pas objectivement agréables mais qui pour elle étaient sigitatives.
Il a fait référence à une mère autoritaire qui a peut-être créé les conditions pour le développement de cette attitude.
Donc, le premier mythe à démystifier est la destructivité. Le masochiste ne tend pas à la destructivité mais à entrer dans l’esprit de l’autre en lui offrant sa souffrance. Il y a donc une projection de sa part de sadisme. Une ligne de pensée indique que le plaisir du masochiste est juste de réaliser combien il a de pouvoir sur son tortionnaire sadique. Et combien il est gratifiant de donner à ce dernier la «responsabilité» de ses émotions de jouissance souffrante.
Comme vous pouvez le voir, la question est complexe.
C’est pourquoi je vous ai conseillé d’accéder aux théories indiquées dans le texte DeMasi. Il verra que ce thème vous donnera un nouveau dib immuable.
Lisez-le, alors nous en parlerons si vous voulez.
Cordialement.

Category: Cycle menstruel |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle