Malaise existentiel et déréalisation



Pleurotus un demandé:
Bonjour,

Je suis une fille de 23 ans et depuis que je suis jeune, j’ai tendance à réfléchir sur les questions de la vie et à formuler dans mon esprit des pensées «métaphysiques / philosophiques», seulement que cela devient de plus en plus difficile à supporter. Je ressens un malaise existentiel et je ne peux m’empêcher de poser des questions profondes mais je ne trouve pas de réponse et cela génère de l’anxiété. depuis l’adolescence je sens aussi que je n’ai pas ma propre identité et j’essaie toujours de m’inspirer aux autres autour de moi et que je respecte. À l’école et à l’université, j’ai toujours obtenu les meilleures notes et j’ai toujours travaillé dur pour atteindre les objectifs scolaires. maintenant, cependant, que l’université se termine et avec cela aussi mon «monde», je me trouve dans une situation de profonde tristesse et de perte d’intérêt pour tout, même dans la vie elle-même. Je n’ai pas d’ami dans le vrai sens du terme et j’ai toujours trop investi dans des relations amoureuses qui ne sont pas terminées par mon choix. Je me retrouve seul et confus. Je n’ai pas subi de pertes graves dans la famille ou la violence, mais j’ai toujours vécu dans une famille où la relation entre mes parents a toujours été caractérisée par des tensions et des querelles continuelles. mon malaise a commencé il y a plusieurs années quand j’ai ressenti un sentiment d’extranéité de la réalité et depuis lors j’ai commencé à m’informer de façon obsessionnelle sur la psychologie et la maladie mentale et je me suis retrouvé dans la description de la déréalisation. à partir de là, je pensais que j’étais différent des gens «normaux» et que j’avais quelque chose de mal avec moi. mais ce qui m’inquiète le plus, c’est cet état d’apathie dans lequel je suis depuis longtemps et qui me fait beaucoup souffrir. étaient pour moi de dormir toute la journée pour éviter de ressentir le poids de la vie … Je ne sais pas pourquoi je dois vivre et ce que je fais ici, je ne sais pas quel est mon but sur cette terre et suis à la merci des sentiments de vide. J’ai aussi du mépris pour la société d’aujourd’hui où ils sont tous superficiels et matérialistes.
Je suis une psychothérapie psychanalytique phénoménologique depuis 3 ans, j’aime le thérapeute et je suis empathique mais je me demande s’il est vraiment possible de sortir de ce malaise existentiel ou si être un côté de mon personnage est juste quelque chose que je devrai vivre avec pour la vie. le thérapeute me dit que tôt ou tard je trouverai un bouton à l’intérieur de moi qui me fera surmonter cette situation mais j’aimerais aussi avoir une autre opinion externe à ce sujet.
merci de lire.

3 Réponses

Profil Dr. Sabrina Camplone
Dr. Sabrina Camplone un répondu:


0
Gent.le fille,
son inconfort est lié à un processus d’individualisation physiologique à franchir et débute généralement à l’adolescence, mais cela semble avoir associé un sentiment d’inadéquation qui s’est peu à peu alourdi à son estime de soi alimentant la confusion et la désorientation en elle.
Si après trois ans d’analyse vous sentez que le processus de changement n’a pas commencé, je vous conseille d’en discuter avec votre analyste, même si la phrase que vous mentionnez devrait être clarifiée car en psychothérapie, il n’est pas toujours conseillé de «surfer» «ou pire, ne comptant que sur le passage du temps.
Profil Pleurotus
Pleurotus un répondu:


+4
Merci pour la réponse rapide.
le thérapeute dit qu’ensemble je trouverai tôt ou tard un moyen de me sentir mieux et de ressentir moins le poids de cette souffrance mais je ne sais pas comment il est possible de trouver cette solution au hasard.
Aussi, au cours de ces années, après avoir lu beaucoup de psychologie, je me retrouve en compétition avec le thérapeute et je sors un peu de mon esprit parce que je ne me limite pas à exprimer mon inconfort mais aussi à m’auto-analyser et à essayer de me donner réponses ou solutions seules, supportant également ce poids.
le fait est que ne pas savoir comment le travail de psychothérapie fonctionne vraiment, ou sur quel point le thérapeute se concentre sur moi ou quelles techniques il utilise pour m’aider parce que j’agis potentiellement parce que mes phrases ou comportements pourraient être analysés et pourraient signifier quelque chose et je suis de réaliser sur moi le travail que le thérapeute devrait faire, sachant que je n’ai pas les connaissances appropriées sur le sujet … c’est un cercle vicieux. la thérapeute me dit souvent que je ne la laisse pas faire son travail, que je suis trop occupée à la contrôler et que je fais des efforts supplémentaires, mais je ne sais pas comment abandonner et la laisser me guider. Je passe beaucoup de temps à analyser mon comportement ou mes pensées pour voir si je trouve une cause ou une réponse en eux, mais plus je pense, plus j’entre dans un vortex qui me suce. c’est comme si je ne faisais que penser. souvent des images de lieux ou de souvenirs me viennent à l’esprit et je me demande obsessionnellement si j’ai vraiment été dans ces lieux ou pas … et même ici je mets plus de doutes sur la réalité des événements passés, plus je pense être proche de la folie si je reconnais que je suis au milieu de mes facultés mentales … est-ce que c’est de l’auto-suggestion?
les moments où je vais mieux sont ceux auxquels je ne pense pas, mais ces moments sont maintenant de plus en plus rares et dès que je me rends compte que je ne pense pas devoir le faire et je ne sais pas pourquoi …
merci encore
Profil Dr. Sabrina Camplone
Dr. Sabrina Camplone un répondu:


+1
Gent.le fille,
la psychothérapie ne consiste pas dans l’analyse sémantique ou philologique des pensées, des mots, etc. mais dans la réalisation d’un processus de changement qui dans certains cas peut entraîner une réorganisation profonde de la personnalité dans laquelle le client devrait être activement impliqué.
L’alliance thérapeutique suppose l’établissement d’une relation de confiance qui ne doit pas être attribuée «aveuglément» par le client au thérapeute, mais qui doit découler d’un choix libre et conscient.
Mesurez les résultats de la psychothérapie en recentrant votre attention sur ce que vous ressentez, sur les émotions au lieu de vous concentrer sur des pensées obsessionnelles et essayez de partager tout cela avec votre analyste.

Category: adolescence |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle