Épididyme, épididymite, orchite, infection bactérienne, varicocèle



Lancair un demandé:
Bonjour,
J’écris pour une question liée à une hypothèse d’épididymite.

Je voyage en Amérique du Sud et depuis environ un mois et demi j’ai une douleur testiculaire, parfois légère et d’autres assez forte. À l’âge de 15 ans, j’ai trouvé une varicocèle sans importance et 3 kystes, donc la possibilité d’inconfort pendant la saison chaude, les mouvements excessifs, etc.

Il y a trois semaines, mon testicule droit a commencé à faire mal, et sachant que la varicocèle est à gauche, je suis allé chez le médecin.

Le médecin, avec un premier examen physique, sans aucun doute initial, a immédiatement pensé à une épididymite. L’hypothèse a été renforcée par le fait qu’il ya un mois et demi, j’ai eu une infection bactérienne intestinale, traitée avec un antibiotique et par le fait que mon partenaire a eu plusieurs problèmes intestinaux et de la flore vaginale.

Au moment de prescrire un antibiotique, j’ai demandé s’il était possible de faire une vérification par ultrasons et ici, mon doute commence:
L’échographiste n’a trouvé aucun signe d’épididymite, d’orchite, d’hernie inguinale. Seulement la varicocèle (en petite taille) et les 3 kystes, toujours de la même taille (je tiens à préciser que depuis que j’ai été trouvé le varicocèle je fais un contrôle par an).

Avec cette preuve supplémentaire que le médecin m’a envoyé à la maison avec un diagnostic de « doux épididymite-épididymite » et un traitement d’une semaine paracetamol et anti-inflammatoire (diclofenac, cholestyramine).

Aujourd’hui, après ces trois semaines, je me suis réveillé avec la même douleur. Je veux préciser que j’urine fréquemment et au moment de l’urination connue une brûlure, pendant et à la fin. Également pendant l’éjaculation après une relation connue une brûlure à l’intérieur de l’urètre. Cela dit, l’urine et le sperme ne semblent pas montrer de traces de sang. La douleur remonte jusqu’à l’aine et semble presque liée à une mauvaise fonction de l’intestin. Hier soir j’ai remarqué du sang dans les excréments mais il m’a immédiatement semblé une plaie micro (il y a 4 ans j’avais des hémorroïdes et dans des situations de stress, de fatigue, de digestion nerveuse et donc pauvre, j’ai des rougeurs et des brûlures qui disparaissent dans quelques heures.)

J’ai un vol retour pour le 11 mars. Puis-je essayer de répéter le traitement à base de paracétamol et d’anti-inflammatoire? Évidemment, une fois de retour à la maison, je ferai d’autres enquêtes.

Paracétamol et anti-inflammatoire ont des contre-indications spécifiques pour les arythmies? La semaine dernière, après une randonnée dans le parc national de Torri del Paine au Chili, j’ai eu un épisode de tachycardie arythmie, revenue à la normale après une journée, presque naturellement. Le cardiologue avec l’échocardiogramme n’a pas non plus trouvé d’anomalie mais conseille d’autres tests dans les semaines à venir.

Ces choses peuvent-elles être connectées les unes aux autres?

Je me rends compte que peut-être, même si j’ai 26 ans, je devrais me consacrer aux bols et au long lac

Cordialement et merci

15 Réponses

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


+4
Perdez les anti-inflammatoires, prenez soin de la nourriture et buvez de l’eau mais sans exagérer, éventuellement une infusion décongestionnante, en maintenant une bonne hydratation. L’image qu’il décrit semble être liée à une congestiontion inflammatoire pelvienne-prostatique liée à ses difficultés intestinales. Deux mois d’attente ne sont pas rares, mais si vous suivez ces indications minimales devraient pouvoir revenir sans problèmes majeurs. Ensuite, sans perdre de temps, vous aurez besoin d’un andrologue qui effectue les évaluations génitales et générales nécessaires.
Profil Lancair
Lancair un répondu:


+6
Merci beaucoup Dr. Rando pour la réponse rapide

En fait, je prends beaucoup de nourriture et je bois 1,5 à 2 litres d’eau par jour et, sauf quand j’ai eu cette infection bactérienne intestinale, je n’ai aucun problème, en fait.

Cependant, la douleur testiculaire est souvent associée à une douleur au bas-ventre et à l’inguinal dans les deux parties.

Peut-il être la chose causée par le stress et la fatigue? Ou quelle pourrait être cette congestion?

Je vous remercie beaucoup

Profil Lancair
Lancair un répondu:


0
Une autre chose:

Cette congestion peut-elle dépendre d’un abaissement drastique du rythme sexuel et donc de l’éjaculation?

Depuis que nous avons commencé à voyager, notre rythme sexuel est passé de 1 fois par jour à 2 fois par mois. Cela est dû aux vols, bus, campings, auberges et donc peu d’intimité.

Une telle congestion aurait-elle pu être créée? Peut-il avoir une connexion?

Je vous remercie beaucoup

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


+5
La ejaculatoria basse fréquence, comme celui qu’elle a décrit, associé à des conditions de stressogene (même ceux de Voyage comme indiqué) sont des facteurs qui entrent en jeu fortement dans la mise en place et le maintien de la congestion pelvienne de la prostate et le dysfonctionnement de l’intestin inflammatoire associée. Comme vous pouvez le voir, la question devient assez complexe et, comme déjà mentionné et répété, doit être abordée et gérée avec une bonne intégration sur les différents fronts.
Profil Lancair
Lancair un répondu:


+5
Merci beaucoup docteur pour la réponse opportune.

Comme vous l’avez conseillé, j’ai abandonné les anti-inflammatoires. La douleur diminue heureusement considérablement, presque disparaître, quand je suis au repos ou assis, pour le moment tout est supportable. C’est seulement lorsque je marche ou que je me tiens debout que je ressens de la douleur à l’arrière des testicules et dans la région de l’aine.

Comme je l’ai déjà dit, je retournerai en Italie dans une vingtaine de jours. Devrais-je m’inquiéter et visiter ici en Argentine ou puis-je attendre 20 jours sans problèmes?

Merci beaucoup encore

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


+3
Étant donné que l’image donne moins de problèmes, avec un peu de «relaxation et une bonne nutrition, 20 jours ne seront pas un problème. Puis, dès son retour, demandez à l’andrologue de bien gérer la situation.
Profil Lancair
Lancair un répondu:


0
Merci beaucoup et je lisais un peu ce qu’il a écrit sur sa page. Je trouve cela très intéressant et surtout tout aussi important que la nutrition, je suis entièrement d’accord. On parle peu de la façon dont les mauvaises habitudes alimentaires, les aliments transformés et les abus peuvent générer des maladies auto-immunes dans notre corps.

Ce qui me laisse perplexe, c’est comme si tu pouvais toujours en avoir un!

Quels sont les risques qui peuvent être rencontrés dans une telle situation? Une inflammation chronique si elle est gérée de façon inadéquate ou tardive?

Excusez-moi pour les questions constantes mais la chose m’intrigue

Merci encore et bonne journée

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


0
En réalité, il est pas si difficile d’avoir une alimentation équilibrée: il suffit que les différents types d’aliments à alterner dans la semaine et que vous ne dépassent jamais en quantité par rapport à la consommation personnelle … et si elle doit arriver à satisfaire tous les caprices, juste faire la hantise suivante. En tout cas, les fruits et légumes ne doivent jamais manquer. La mise en place de conditions inflammatoires parties intéressantes variablement du corps sont toujours facile à gérer aussi longtemps que vous ne pas négliger: le corps donne ses signaux … il est d’apprendre à écouter et aider le système à retrouver l’équilibre, pas attendez d’avoir à agir avec des drogues fortes (qui doivent toujours être à court terme).
Profil Lancair
Lancair un répondu:


0
Je suis entièrement d’accord avec vous, Docteur.
Comme l’inflammation, les symptômes continuent d’être, cependant, comme mentionné plus haut, dans des situations de repos sont réduites et surtout je devrais essayer de moins tout somatisation. J’imagine que le même souci et l’anxiété jouent un rôle très important.

Au cas où je causerais beaucoup de douleur, suggérez-vous toujours le repos sans aucun médicament?

Passez une bonne journée et merci encore

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


0
Évidemment, l’anxiété, le stress et la somatisation jouent en négatif, alors la relaxation et l’activité physique équilibrée n’apportent que des avantages: le repos ne signifie pas l’immobilité. Bien sûr, si la douleur devient très forte, un analgésique ne génère pas plus de problèmes que ceux qui existent déjà.
Profil Lancair
Lancair un répondu:


0
Merci beaucoup et une dernière chose:

Si le problème doit vraiment être une congestion inflammatoire pelvienne-prostatique, combien de temps plus ou moins, peut-il être résolu?

Je pose cette question parce que je ne voudrais jamais que les problèmes déjà existants conduisent à des complications sincères.

Une autre chose: est-ce un problème que vous pouvez rencontrer fréquemment chez les personnes de mon âge? J’ai lu que les inflammations telles que l’épididymite sont assez fréquentes chez les hommes entre 20 et 40 ans

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


+1
C’est une condition aussi fréquente que négligée et / ou minimisée, mais qui au fil du temps produit des problèmes de plus en plus complexes. Donc d’abord vous le définissez et le mettez en place, mieux c’est. Les temps sont rarement moins d’une année de chemin de rééquilibrage.
Profil Lancair
Lancair un répondu:


0
Merci beaucoup docteur.

Il me semble, entre autres, sentir que vous avez tendance à anticiper une résolution naturelle du problème plutôt qu’un traitement antibiotique rapide. Ai-je tort?

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


0
Pas mal. L’antibiotique ne doit être utilisé que lorsqu’il y a des infections constantes démontrées avec la culture ou des conditions fébriles substantielles.
Profil Lancair
Lancair un répondu:


0
Merci beaucoup docteur, très gentil et précis.
Je le chérirai

Category: orchite |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle