Douleur et chirurgie

Douleur postopératoireAnalgésie péridurale ou périduraleAnalgésie intraveineuse contrôlée par le patient

Douleur postopératoire

Douleur qui apparaît après unchirurgie c’est un facteur de handicap important pour le patient car il limite et réduit la capacité de mouvement spontané, de tousser, de respirer profondément, surtout lorsque la chirurgie se situe au niveau de l’abdomen.

Ce sont des mécanismes physiologiques qui servent à prévenir l’apparition de complications, en particulier dans le système respiratoire. De plus, la réponse à la douleur du corps, qui se caractérise par un ensemble de modifications au niveau du système endocrinien et largement étudié et métabolique documenté, en même temps que l’état d’anxiété qui constamment accompagnée d’une perception douloureuse, peut ralentir la capacité de récupération, favoriser l’apparition decomplications postopératoires et allonger la période d’hospitalisation.

Il est donc très important que sonla douleur est contrôlée efficacement et adapté à sa situation, afin de minimiser les problèmes qui peuvent survenir après la chirurgie. Aujourd’hui, il existe de nombreuses méthodes disponibles pour le traitement de ladouleur postopératoire aiguë, sûr et efficace, et l’utilisation de ces techniques dépend de la nature et l’intensité de la douleur produite par la chirurgie.

Actuellement, il existe trois niveaux de traitement de la douleur:

I NIVEAU

  • le paracétamol et les AINS (initiales d’anti-inflammatoires non stéroïdiens) à des heures fixes, avec ou sans opioïdes;
  • perfusion continue d’AINS et / ou d’opioïdes faibles;
  • Perfusion continue et / ou ACP (Analgésie Contrôlée par le Patient) périneurale avec des anesthésiques locaux.

II NIVEAU

  • PCA e.v. sans perfusion continue basale (bolus morphine> 1 mg, intervalle entre bolus 5-7 min);
  • analgésie péridurale continue, avec des bolus intermittents ou en perfusion continue ou en PCEA (acronyme de Patient Controlle Peridural Analgesia), avec des opiacés et / ou des anesthésiques locaux;
  • dose unique de morphine sous-arachnoïdienne

III NIVEAU

  • Perfusion intraveineuse continue d’opiacés à forte dose et / ou chez des patients à risque (patients >> 70 ans, ASA> III);
  • ACP avec perfusion continue basale;
  • perfusion médullaire continue (durale ou sous-arachnoïdienne) d’opioïdes à forte dose.

Votre anesthésiste vous informera des méthodes de contrôle de la douleur postopératoire en fonction du type de chirurgie que vous subirez et du type d’anesthésie qui sera pratiqué. Cette section traite et explique les méthodes qui se réfèrent au deuxième niveau de traitement de la douleur les plus couramment utilisées et celles qui ont montré une efficacité clinique réelle, avec une très faible incidence de complications, dans le traitement de la douleur postopératoire.

Analgésie péridurale ou péridurale

L’analgésie péridurale est l’une des méthodes les plus efficaces pour le contrôle de la douleur postopératoire, en particulier dans lefin de la chirurgie (membres inférieurs), en chirurgie abdominale, thoracique, urologique et pelvienne majeure. La disponibilité d’équipements informatisés permet l’administration, en toute sécurité, de puissants analgésiques et en petites doses, en association ou moins avec des anesthésiques locaux à très faible concentration.

avantages
L’analgésie péridurale est l’une des méthodes les plus efficaces pour le traitement de la douleur postopératoire, en particulier dans lachirurgie abdominale, thoracique et orthopédique des membres inférieurs. Ce type d’analgésie induit moins de somnolence et d’effets secondaires (nausées, vomissements) des médicaments analgésiques administrés par voie intraveineuse. De plus, cette technique permet aux médicaments analgésiques d’être administrés par le même patient avec la technique appelée PCEA (acronyme de Patient Controlled Epidural Analgesia). Demandez à votre anesthésiste pour information, il vous donnera toutes les explications à ce sujet.

Quand est-il utilisé
L’analgésie épidurale peut être utilisée pour toutes les chirurgies qui affectent notre corps dans une zone qui va d’une ligne qui passe de quelques centimètres au-dessus des mamelons jusqu’au bout des pieds.

Avec analgésie épidurale:

  • elle sera vérifiée à des intervalles déterminés par le personnel infirmier,
  • vous ne devrez pas sortir du lit sans la présence d’une infirmière,
  • peut éprouver des nausées, des démangeaisons, des difficultés à uriner,
  • vous pouvez ressentir une légère faiblesse ou des picotements dans l’une de vos jambes,
  • il peut être somnolent.

Si ces événements surviennent au cours de l’analgésie épidurale, ils doivent être immédiatement signalés au personnel, car ils peuvent être traités efficacement et rapidement sans avoir à renoncer aux avantages de l’analgésie péridurale. Tous les patients ne peuvent pas utiliser ce type d’analgésie. Renseignez-vous sur votre anesthésiste à ce sujet. Il vous guidera vers un choix adapté à votre cas.

Analgésie intraveineuse contrôlée par le patient

Analgésie intraveineuse contrôlée par le patient — également appelé PCA (acronyme pour Patient Controlled Analgesia) — est une méthode qui utilise, comme pour l’analgésie péridurale,équipement informatisé sophistiqué capable d’administrer des quantités précises de médicaments analgésiques intraveineux en fonction des besoins du patient.

L’anesthésiste prendra soin de préparer la pompe PCA pour vous en fixant la posologie du médicament, l’intervalle minimum entre les doses et la dose maximale autorisée dans un intervalle de temps donné. Tous ces paramètres seront programmés par son anesthésiste sur la base de certains paramètres tels que le sexe, l’âge, le poids et aussi le type de chirurgie qu’il a subi. La pompe sera réglée de telle sorte que vous pouvez appuyer sur un bouton à côté de votre lit et vous donner une quantité précise et calibrée d’analgésique (généralement l’analgésique le plus puissant qui est actuellement disponible, la morphine est utilisée).

Après l’auto-administration, la pompe restera inactive, donc incapable de produire une nouvelle administration si vous appuyez une fois de plus ou appuyez plusieurs fois, sauf si un intervalle de temps défini par votre anesthésiste est stocké et stocké dans la pompe.

Par exemple, sa pompe a été calibrée par son anesthésiste pour donner une dose d’analgésique toutes les 10 minutes. Cela signifie que vous pouvez vous auto-administrer 6 doses en 1 heure. Dans le cas où vous appuyez sur le bouton plus souvent, vous recevrez toujours 6 doses en 1 heure. En outre, votre anesthésiste établira également une dose maximale qui peut être atteinte sur une plus longue période de temps, généralement 4 heures. Si ce dosage maximum en 4 heures est dépassé, la pompe s’arrêtera complètement pendant un temps déterminé. Comme vous pouvez le voir, c’est un système très efficace, mais surtout très sûr. N’hésitez pas à demander des informations complémentaires à votre anesthésiste.

BrandiAnestesia.it


Category:


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle