Consultation pour Dr.Laino



Fensel un demandé:
Cher Docteur Laino, Je vous écris pour information parce que j’ai lu certaines de vos consultations et maintenant je suis inquiet. J’explique la situation: il y a environ 6 mois certaines neiges ont été enlevées (3 bénignes selon le dermatologue) avec du laser CO2.
En cours de lecture des consultations sur le moteur de recherche du site, j’ai vu qui doit être enlevé avec un scalpel pour faire histologique, je suis un peu en crise parce que je ne vérifie toujours avoir beaucoup de neige pour exclure les mélanomes et maintenant chaque lésion pigmentée plat je lis que la pratique devrait être scalpel-histologique pendant que je faisais confiance pour l’enlèvement au laser.
Malheureusement pour l’ignorance j’ai fait confiance!

Maintenant, que puis-je faire? Est-il possible de demander un agrandissement de la zone avec des scalpels qui sont maintenant normaux et une peau non pigmentée pour rendre histologique?

Merci pour l’information et joyeux dimanche.

41 Réponses

Profil Dr. Luigi Laino
Dr. Luigi Laino un répondu:


0
Cher utilisateur,

Je n’ai aucun moyen de comprendre le type de neige qui s’est retirée et que, par respect pour le collègue, j’imagine absolument bénigne.

Personnellement aussi sur les naevus dermiques traités avec le rasage + laseterapia je réalise toujours l’examen histologique.

Cependant, je ne vois aucun moyen de connaître la nature de ce qu’il a enlevé, car l’élargissement des marges de résection serait inutile.

Je ne peux pas dire plus que le cas qui m’a placé.

Salutations

Dr Laino

Profil Fensel
Fensel un répondu:


0
Merci pour la réponse du médecin, les neiges étaient «mélanocytaires (et c’est ce qui m’inquiète) et ne montraient pas de signes d’évolution» et de plans. Mais en lisant les consultations je vois que le laser ne devrait pas être utilisé sur ce type de neige mais seulement sur celles en relief.

En fait je m’exprimais mal, je voulais dire plus que d’agrandir la marge de résection s’il était possible d’enlever la partie traitée au laser CO2 pour pouvoir faire l’histologie et voir si elles étaient bénignes ou non avec certitude au cas où les cellules resteraient en place.
Alors peut-être le laser l’a-t-il complètement vaporisé et dans ce cas il confirmerait l’enlèvement complet, cependant, l’histologique.
Que dites-vous?

Merci encore.

Profil Dr. Luigi Laino
Dr. Luigi Laino un répondu:


0
Tous les naevi sont mélanocytaires aussi ceux dermiques et bénins.

Pour le reste, je confirme l’inutilité de l’approche qu’il décrit.

salutations à nouveau

Dr Laino

Profil Fensel
Fensel un répondu:


+4
Merci encore, je peux vous demander pourquoi cela ne fonctionne généralement pas avec le laser CO2 sur les planchers de neige, je pense que je comprends cela à partir de ses consultations et je voudrais comprendre pourquoi.

Merci pour l’aide que vous proposez sur le site.

Profil Dr. Luigi Laino
Dr. Luigi Laino un répondu:


+2
A mon avis je ne prends pas les snowplanes au laser (vous perdriez tout le tissu bien sûr) mais vous les prenez UNIQUEMENT pour des raisons préventives (risque de transformation maligne) et après dermoscopie digitale.

salutations à nouveau.

Dr Laino

Profil Fensel
Fensel un répondu:


0
Une dernière précision, a déclaré que: <
  • >

    cela signifie-t-il que dans le cas où ils évolueraient en malin, c’est-à-dire qu’un mélanome naîtrait de ces cellules du naevus, après le traitement au laser, un changement de malignité ne serait pas visible?

    Salut

  • Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +3
    De toute évidence. Si je brûle un tissu, le tissu est perdu. Mais nous parlons de lésions mélanocytaires à risque, pas de lésions bénignes.

    Salut

    Dr Laino

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    +2
    Merci, maintenant j’ai compris 🙂

    Une question se pose au sujet de la procédure que beaucoup de dermatologues proposent et que je ne comprends pas parfaitement, et puisque j’ai eu la chance de pouvoir les écrire et d’apprendre quelque chose sur le sujet de quelqu’un de préparé, je prends une dernière fois.

    J’explique mon doute …
    Disons qu’un patient va chez un dermatologue qui donne un diagnostic de naevus bienveillant.
    Maintenant, le patient a deux choix: le garder ou l’enlever pour l’esthétique.

    Certes, la neige est préférable de les enlever avec une technique chirurgicale au lieu de vaporisation au laser afin d’effectuer l’examen histologique (en cas de doute sur le diagnostic), mais je me demandais si le naevus vu par l’expert a été considérée comme bénigne, alors pourquoi courir le histologique ? Si après la visite et les résultats gentillesse du patient ne souhaite pas pour l’enlever pour des raisons esthétiques, il serait rester là où il était et aucun examen histologique a été réalisée sur elle (depuis jugée bénigne).
    Ce que je ne comprends pas est fondamentalement parce qu’une fois qu’il est considéré comme une lésion bénigne si le patient décide de les laisser aucune enquête serait approfondie et si vous décidez de supprimer, il est préférable d’effectuer également un examen histologique.

    Je suis intrigué par le fait que si vous le laissez sur la peau est considéré comme bénigne et ne va pas plus loin, alors que si vous le supprimez (bien qu’étant le même naevus d’abord) je dois passer par la force histologique et ne pas l’effacer au laser. En théorie, d’un autre côté, ne devrais-je pas avoir le même problème?

    Merci d’avoir fait la lumière sur quelque chose qui est très proche de mon cœur et qui est parsemé de neige et excusez-moi si j’ai dit la bêtise dans mes réponses, mais cela est dû à l’ignorance sur le sujet qui a certainement aidé à combler.

    Bon travail Docteur.

    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +2
    Je vais vous donner un exemple:

    un patient supprime un naevus dermique esthétique bénigne sans examen histologique.

    après 10 ans, ce patient fait une métastase hépatique à partir d’un mélanome occulte (mélanome auquel la primitive est inconnue)

    une plainte parvient au médecin pour une faute professionnelle alléguée.

    Comment le patient peut-il être exclu que le naevus a été certifié comme étant un naevus bénin?

    Ce n’est pas une médecine défensive, mais simplement du bon sens.

    salutations

    Dr Laino

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    0
    Merci pour l’explication claire et sur ce que je suis d’accord, mais ne le considère pas malveillant (si c’était le cas) et le laisser là où ce n’est pas le même problème? Même au niveau légal, je veux dire?

    Merci pour la clarification, c’est un sujet très intéressant et enfin m’a démêlé de nombreux doutes et questions de docteur :).

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +3
    Cher utilisateur,
    elle a raison de vendre: je fais intrusion pour lui dire le mien.

    Cet argument et «destiné à faire l’objet d’un débat sans fin, et il est peut-être une bonne chose car « certainement aider » à faire la clarté sur le sujet et d’améliorer la qualité des soins dans ce domaine.

    Je crois personnellement qu’il devrait partir du principe que toutes les lésions de la peau, même les plus apparemment « triviales, ne peuvent être traités par un dermatologue puisque » le seul professionnel capable d’assurer une expertise de diagnostic minimal sur la lésion de la peau. La plupart des erreurs sont juste ablation conséquente des lésions diagnostiquées correctement par du personnel non qualifié, quelle que soit leur nature apparente. Les exemples incluent dermatofibrosarcomi traités comme des chéloïdes, des mélanomes ongles traités comme ongle, lésions nodulaires saignement enlevé comme pyogenic granulome trivial, du pénis Bowen subissant des traitements de candidose, etc … etc … La faute professionnelle dans ce domaine et « très large et ne se limite pas certains secteurs des blessures naevus mélanocytaires, mais, paradoxalement, il est donc plus «riche où la lésion de la peau n’est pas pigmenté et, en fin de compte, plus difficile de voir pour un profane.
    Dans le cadre du chemin approprié, le dermatologue peut alors décider le plus « traitement approprié pour son patient et, bien sûr, dans les premiers responsables des choix thérapeutiques proposés par le résultat à obtenir, toujours avec le partage et consentement éclairé. Et à cet égard, nous insérons dans le cœur du sujet, les naevas traités avec des méthodes ablatives non chirurgicales.
    Il est nécessaire de souligner certains points:
    — les neiges sont agrégées avec des mélanocytes d’une nature entièrement bénigne
    — le mélanome cutané provient des mélanocytes, à la fois de la peau saine et de la neige, mais pas parce qu’ils sont des «nevi» mais parce qu’il s’agit de lésions avec des mélanocytes. Si les neiges étaient précancéreuses, nous les emporterions tous …
    — la plupart des mélanomes, plus de 80%, apparaissent sur une peau saine, peu survenant sur des naevus, principalement congénitaux.
    — aucun naevus mélanocytaire, en dehors des congénites, ne peut être considéré plus à risque qu’un autre. La dégénérescence éventuelle des mélanocytes de l’un d’entre eux est un événement occasionnel, ainsi qu’au niveau d’une peau saine.
    — Malgré le fait que les naevus mélanocytaires sont constamment enlevés à des fins «préventives», le mélanome a en réalité une incidence en augmentation constante, il est donc évident que leur élimination n’a aucun potentiel de prévention.
    — avoir de nombreux naevus mélanocytaires — par exemple une centaine — dont certains avec une apparence «diplomatique» peuvent représenter un indicateur de risque de mélanome, qui cependant aussi chez ces sujets se produit plus fréquemment sur une peau saine
    Il est clair — par des données internationales ont signalé — comme dans la réalité du phénomène de mélanome de la peau est plus «étendu simple « contrôle » et que le plus gros problème pour la détection précoce est représenté par la détection rapide de la lésion tumorale se leva de nouveau devant il atteint les fameux frais ABCD qui sont en dehors du profil de sécurité.
    Aucun traitement effectué sur un naevus ne peut «le faire mal» ainsi qu’un traumatisme ou le siège n’affecte pas son histoire naturelle au moindre.
    Il est donc clair que le naevus est dans une lésion très bénigne et comment son ablation peut être justifiée principalement à des fins de diagnostic et, par la suite, pour l’esthétique.
    Évidemment, il peut être très difficile à diagnostiquer comme la neige « certainement bénigne », a déclaré que les plans naevus ou Clark, et ceux-ci histologique et « obligatoire pour des raisons de sécurité que la preuve est parfaite comme la capacité » diagnostic humain, même avec le dermatoscope. Ce sont les neiges que le dermatologue ne doit pas déjà supprimé »à des fins de prévention — parce que vous n’avez pas besoin — mais juste à analyser, car il pourrait être atypique ou déjà « évolution (diagnostic de l’excision).
    Si le mélanome résultant d’un naevus « plan » et « moins fréquente, sa naissance sur naevus dermique — Unna ou Miescher — et » événement exceptionnel et probablement même « collision ». En dehors des cas anecdotiques, son apparition et « toujours à la jonction dermo-épidermique et non dans le composant dermique et, par conséquent, on peut raser » documenter largement sa nature. Si le dermatologue sait qu’il a des compétences spécifiques de diagnostic, et je souligne ce « principe essentiel, la composante cutanée naevus exophytic peut être traitée avec des lasers de CO2 pour la sécurité esthétique » de la cause facilement diagnosticable. Le traitement ne signifie aucun changement dans le composé de l’élément biologique et dans des mains expérimentées a une résolution esthétique parfois surprenante. La technique implique souvent un rasage et est donc possible de produire une récurrence du pigment (que l’on appelle naevus récurrent). Le patient doit être informé de ce problème potentiel et ne doit pas être fait une biopsie de cette lésion seulement après plusieurs mois de stabilisation (mais en réalité, « si le dermatologue et » sûr du diagnostic de départ est pas « même nécessaire). En fait, le demandeur n’est pas facilement perceptible histologiquement naevus au mélanome et pourrait — au début — la détermination d’une série de malentendus qui serait certainement amener le patient à payer le premier malentendu. Au bout de quelques mois, le naevus requérant se stabilise et sa nature à la fois clinique et histologiquement est bien reconnu.
    Je présente mes excuses pour les menus détails et l’ampleur de la réponse, partielle et certainement digne d’une étude plus approfondie, mais ma longue militance dans le domaine du diagnostic précoce et prise en charge thérapeutique des patients atteints d’un mélanome malin, il me pousse à vouloir toujours mettre devant la le plus important au détriment du bruit de fond, souvent trompeur. De plus en 20 ans de thérapie au laser, je pense que je l’ai traité des milliers de naevus Unna et toujours Mischer en toute sécurité et sans problèmes. Bien sûr, je me suis arrêté lorsque le diagnostic dermatoscopique manque de clarté et de cette façon que j’excisée mélanomes un stade précoce qui n’a pas été diagnostiquée par des collègues. Et presque toujours, ils avaient été laissés là-bas …
    Parce que si «ce sera une ablation acte méprisable d’un élément néoplasique sans histologique, et il est encore plus« ne reconnaît pas, ne traitent pas et le laisser en place pendant des années, comme vous l’avez justement souligné, et pour quelle raison Je suis reconnaissant. Malheureusement, cela se produit — dans mon expérience — plus « souvent que soupçonné.
    Mes meilleures salutations

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    0
    Je remercie le Dr Brunelli pour la clarté, en fait je pense que c’est logique: tout repose sur le diagnostic.
    Le diagnostic, aussi mauvais soit-il, comme j’essayais de le dire dans la # 10 repcia le dermatologue se met en travers (même s’il laisse la lésion là).

    Je remercie donc les spécialistes qui ont répondu.

    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +5
    Cher utilisateur
    Je réponds à votre dernière question adressée à moi:

    «Merci pour l’explication claire et sur ce que je suis d’accord, mais ne le considère pas malveillant (si c’était le cas) et le laisser là où il n’est pas du même problème? Même au niveau juridique, je veux dire»?

    Non, car dans ce cas, le naevus est toujours présent et donc «témoin» de la bénignité de la même chose!

    En conclusion, je souligne 2 concepts de base:

    1) CONFIANCE ET COMPTER le dermatologue, encore mieux si EXPERT DERMATOSCOPE (peut paraître étrange, mais étant un début de technique relativement récente n’est pas toujours pratiquée par tout le monde, bien qu’il devrait être aujourd’hui d’être une « sine qua non »): dans ce de sorte que le patient ne doit pas penser à si et mais.

    2) TOUJOURS effectuer un examen histologique sur toutes les lésions qui sont enlevées; même si sur certaines blessures il semble parfaitement inutile, il vaut mieux l’avoir et le garder.

    salutations à nouveau.

    Dr Laino

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    0
    Merci Dr.Laino pour plus de clarification.

    Il a dit «Non, parce que dans ce cas, le naevus est toujours présent et donc» témoin «de la bénignité de la même chose!»

    Certainement si c’est bénin c’est ainsi.
    Mais j’ai dit le contraire, c’est-à-dire: ne le considère-t-il pas malin (si c’était le cas) et le laisse là où ce n’est pas du même problème qui l’enlève sans histologie?
    Dans le sens de la laisser là à cause d’un mauvais diagnostic, c’est exactement comment l’enlever quand elle est maligne, cela va se développer et conduire à l’hypothèse inadéquate que vous avez provoquée par la métastase.
    Alors pourquoi faire l’histologique si vous voulez enlever pour l’esthétique, alors que si vous décidez de le garder n’est pas fait? Si vous faites confiance au diagnostic de bénignité et décidez de ternerlo, n’est-ce pas la même chose pour l’enlever sans histologique?
    Sur un plan logique, il me semble que c’est le même problème. C’était ce que je voulais dire.

    Quant à ses deux concepts mis en évidence à la fin est juste, c’est ma curiosité innée de m’avoir conduit à lire sans évidemment prétendre alors avoir la vérité avare, je ne suis pas diplômé en médecine. Prenez-les comme une curiosité, puis utile car en fait ils me permettent de mieux comprendre et vous m’avez beaucoup aidé.

    Merci encore

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    0
    Cher utilisateur,
    Je suis d’accord avec elle et je le répète.
    Il ne fait aucun sens d’affirmer que peut être nécessaire d’analyser tout prend son envol, à moins que cela ne vaut pas rien: kératoses séborrhéiques, les fibromes tombantes, angiome rubis, botriomycome, verrues, molluscum contagiosum …. Quelle est la spécialisation en dermatologie si nous devons tout analyser? Les coûts associés à toutes ces histologiques des tumeurs bénignes leurs de supporters? Si comme vous le dites à juste titre un élément est laissé là parce qu’ils ne sont considérés comme inoffensifs non seulement comme un acte impudique?
    Je vais donner un exemple: le collègue a parlé de métastases hépatiques après 10 ans. Dans les 10 ans ne sera pas le patient enlevé kératose séborrhéique ou des verrues? Qui m’assure qu’il s’agissait vraiment de kératose séborrhéique ou de verrues? Le dermatologue a-t-il fait l’histologie? Bien sûr que non, tout comme il ne l’a pas fait sur un angiome rubis banal … Qui me dit que c’était vraiment comme ça en ce moment?
    Donc, si vous mettez la règle que cela prend histologique, il doit y avoir pour tout ce qui enlève de la peau, tout.
    Si vous mettez la règle que le dermatologue devrait être en mesure de poser un diagnostic, vous pouvez vous en fier, comme l’a dit le Dr Laino.
    Nevi ou pas la neige a peu à voir avec ça.
    Cordialement
    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +2
    Je voudrais clarifier un concept parce que je vois que ce que je dis n’est pas bien compris:

    Le soussigné parle de lésions MELANOCITARIE.
    Rien d’autre
    Le soussigné n’a pas parlé de kératoses séborrhéiques, de mollusques, de fibromes ou d’autres «aménités» dermo-esthétiques, donc je ne vois aucune raison d’accroître la confusion.

    I — Luigi Laino — Je subis un examen histologique TOUTES les lésions mélanocytaires / mélanocytaires même si elles sont supprimées pour des raisons esthétiques.

    C’est fait NON pour l’insécurité, mais pour la bonne pratique et certainement pas pour les doutes «ataviques». Bonne pratique professionnelle. Arrêtez. Je traite donc mes patients, tout en respectant pleinement ceux qui ne le font pas — en pleine science et conscience cette procédure.

    Toutes les autres hypothèses que vous citez et qui n’ont rien à voir avec ce qui a été dit jusqu’ici appartiennent à la faute professionnelle; plus précisément, un diagnostic clinique de mélanome ou de mélanome suspecté (à la dermoscopie): une faute professionnelle qu’un dermatologue ne peut se permettre d’exécuter.

    J’espère avoir été définitivement et suffisamment clair pour l’utilisateur.

    Salutations
    Dr Laino

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    0
    Cher Luigi,
    juste pour préciser l’abonné qui ne pense qu’il a compris, le contexte de ce concept: pourquoi les lésions mélanocytaires oui et l’autre non? Et « un patrimoine culturel ancestral, pas moderne. Pour le mélanome ne compte pas un naevus ou une kératose séborrhéique, il compte le diagnostic. En effet, j’ai vu — comme je l’ai dit — bien plus d’erreurs en échangeant une kératose séborrhéique pour le mélanome que toute autre chose. Les neiges ont rien à voir avec le mélanome, jusqu’à ce que les dermatologues entre nous nous ne pouvons pas digérer ce concept, qui est certainement pas la mienne, mais du monde de la science qui traite du sujet, les gens toujours la confusion.
    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    +1
    Merci docteur pour toutes ces explications qui m’aident à grandir dans ma petite connaissance de ces blessures.

    @ Dr. Brunelli: J’espère que Dr.Laino a le temps de répondre à ses questions parce que c’est intéressant, car je n’arrête jamais de répéter ce discours.

    @ Dr.Laino: Cependant, je vois une autre façon de se comporter dans la procédure qui indique au sujet des lésions mélanocytaires: qui ne comprend pas vraiment pourquoi, si vous examinez bénigne et ne pas laisser sur place, que ce soit bénin et paziende décide de vous retirer examiniez .
    Si le dermatologue ne peut pas se permettre d’être mal (et il est vraiment agréable de l’entendre dire) parce que s’il laisse la lésion ne peut pas faire le histologique et si vous décidez de le supprimer (le même naevus) pour des raisons esthétiques plutôt VA soumis à un examen histologique. Si tu me donnes tant et que je fais confiance au diagnostic je peux aussi l’ablation avec le laser (par exemple)
    Je pense qu’il y a une disparité dans la procédure. Plus que toute autre chose, c’était ce que je voulais faire, pourquoi c’était là.

    Alors je comprends très bien que chaque dermatologue et chacun de vous deux sont d’accord, ce ne sont que deux manières d’agir, je ne trouve pas la confusion dans la réalité, j’essaie juste de comprendre.

    Merci 🙂

    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    0
    Cher David,

    Tout d’abord, merci pour vos ajouts;

    Nous sommes des collègues et des amis (pour plus de clarté):

    Pour cela, je sais que votre vaste expérience et vous savez que je travaille comme directeur et chercheur d’excellence dans une structure, en Italie, le seul Institut d’Hospitalisation et des Soins de la science de la santé publique, certifié en 2015 par l’Organisation des Instituts European Cancer (OECI) : Comprehensive Cancer Center, avec une accréditation de qualité maximale.

    Pouvez-vous imaginer, en fait, vous êtes certain que le mien ne peut pas être un patrimoine culturel « atavique » ..;) merci quand même je le prends comme un compliment à mon âge .. (aller 42 et un peu vieux commence à se sentir. .;)

    Je l’ai bien expliqué le concept et la pensée de manière exhaustive, mais peut-être avec peu de clarté, probablement ma faute, parce que tourner même autour de ces concepts.

    Affirmer, cependant, que «les neiges avec mélanome n’ont rien à voir avec ça» m’éloigne scientifiquement de vous (mais attention: seulement nosologiquement et philosophiquement):

    en fait, il suffit de parler de MELANOMA ON NEVO ..

    assez pour parler de NEVO DI REED (dysplasique) ..et si nous revenons

    à l’ATIPICO Nevo di SPITZ ..

    bien alors la diatribe sur ce qui est nevo et ce qui est mélanome et si on est TOUJOURS déconnecté de la seconde .. serait sur des plans beaucoup plus complexes! Mais nous avons les bureaux scientifiques et corporatifs pour le faire.

    Mais comme vous pouvez le voir, rien n’a rien à voir avec le thème du discours. Parlons mais ne confondons pas la question.

    Je pense avoir déjà répondu sur «CONTA LA DIAGNOSI» mais je vois que je ne peux pas me faire comprendre.

    DONC REPETE: ce n’est pas une peur diagnostic mais une BONNE PRATIQUE visant à la tranquillité du patient.

    Résumons:

    1) Pourquoi est-ce que je fais un examen histologique (faisons-le moi-même) si nous considérons personnellement que la nature d’une blessure est bénigne?

    R: Simplement pouvoir donner au patient non seulement la SUBJECTIVITÉ de la Loi médicale personnelle, mais la CERTITUDE histopathologique. Et vous savez bien que ce n’est pas la clinique ou la dermoscopie pour donner une certitude diagnostique, mais seulement l’examen histologique. SI JE PREND UNE ANALYSE DES MÉTANOCYTES.

    2) Pourquoi le faire sur une lésion mélanocytaire et non sur un mollusque ou un fibrome?

    C’est une provocation en termes: une blessure bénigne est et sera toujours bénigne. Une lésion mélanocytaire est bénigne lorsque le diagnostic en tant que tel MAIS je peux le contrôler dans le temps.

    Une fois la blessure enlevée, POUR QUELQUE RAISON QUE CE SOIT, cela disparaît de mon contrôle clinique et si le «jet» je le perds pour toujours.

    99,99% périodique, tout ira bien — si je suis un bon dermatologue et j’ai réussi à retirer la lésion (évitant ainsi le phénomène notoire de naevus du demandeur ou pseudomelanoma Ackermann) mais je ne jamais avoir la certitude histologique que ce que je pris est loin de que j’ai fermement supposé.

    La tranquillité diagnostique est alors faite par un examen histologique bon et simple qui est (je crois qu’il n’y a pas de doutes): le diagnostic GOLD STANDARD (même sans les exceptions qui constituent les «cas histologiquement difficiles»

    Pourquoi faire cet examen béni alors?

    pour au moins 5 raisons simples:

    A) ne cause AUCUN NOCUMENT au patient (l’examen est sur une pièce déjà enlevée)

    B) porte OBJECTIVE CERTAINNESS et non seulement subjective, comme DEFINITIVE = cas fermé

    C) en cas de NEVO CANDIDAT OU PSEUDOMELANOMA DE Ackermann (problème clinique et souvent histologique pour la cicatrice réarrangement de la lésion et la neige REMOVED typique LASER) nous ne pourrons jamais avoir des doutes plus diagnostic parce que nous savons que ce qui était initialement enlevé était une blessure bénin

    D) car il existe des cas très rares mais non exceptionnels de MELANOMA survenant sur les naevus dermiques, la neige bleue, les naevi, les naevi papillomateux, les naevus congénitaux. La littérature est VAST.

    E) car en cas de rare, mais pas impossible (je le dis en tant que conseiller technique Dermatologue du juge ordinaire de la Cour de Rome) problèmes oncologiques de mélanome occulte, nous ne manquerons pas que le patient ne pas avoir brûlé un mélanome!

    Cordialement

    Dr Laino

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +4
    Cher Luigi, tout le monde sait que nous sommes amis, les différences de pensée ne comptent pas.
    Évidemment, je ne suis pas d’accord avec tout ce que vous avez écrit, il me semble une dermatologie seventies.
    En réalité, cependant, ce n’est pas que j’exprime des opinions personnelles, je me considère trop petit et modeste pour le faire. Je lis beaucoup et j’étudie beaucoup, je me laisse donc influencer par de vrais chercheurs, ceux des États-Unis, qui font des enquêtes moléculaires et épidémiologiques de haut niveau. En Italie ils ne sont pas faits, ni à Rome ni à Casalpusterlengo …

    Avant de parler de la neige et du mélanome, vous devez lire la Bible sur ce sujet, que je recommande à tous les dermatologues ou même simplement intéressés:

    Ashfaq A. Marghoob. «Nevogenesis.» Publié par Springer Berlin Heidelberg, Berlin

    Après avoir lu et relu ce livre, nous pouvons commencer à parler sérieusement, d’abord les hypothèses scientifiques seraient manquantes.
    Les chercheurs qui ont développé le thème dans ce travail fondamental (sur les neiges) ont simplement conclu que le mélanome est une chose en soi et avec les naevus mélanocytaires n’a rien à voir avec cela.
    Je ne dis certainement pas cela, mais un vaste monde académique international qui va bien au-delà de l’Esquilino ou du Trastevere.
    D’abord, vous devez lire le livre.
    Parmi les nombreux points intéressants que vous pouvez trouver deux belles choses risque scientifiquement calculées de naissance possible d’un mélanome dans une Nevo égale à 0,0005% moins de 40 ans, à 0,003% au-dessus. Plus facile peut-être né près d’un angiome Ruby. raisonnement simple d’un auteur: chaque individu a une moyenne de 40 neige, le monde que nous sommes 6 milliards de personnes, nous multiplions 6 milliards pour 40 sort le chiffre de 240 milliards de neige … Il est évident que si elles étaient liées au mélanome ce serait la tumeur statistiquement plus répandue dans la race humaine.
    Le livre est en anglais mais lit très bien.

    Je ne vais pas vous convaincre bien sûr, suggère simplement de ne pas penser selon les traditions qui ont été transmises par nos ancêtres, mais à la lumière de la preuve scientifique internationale.

    Je doute de la somme d’ergo

    À la prochaine

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    +5
    Bel échange d’opinions Médecins, vraiment intéressant et merci beaucoup de m’avoir fait participer.

    Peut-être @Laino Je comprends enfin ce qu’il dit, c’est la raison d’être de la procédure parlait, nous allons voir si elle me confirme:

    Je ne pouvais pas comprendre pourquoi, si on décidait de supprimer la blessure pour l’esthétique, il fallait l’analyser; tandis que si elle est restée sur place non (en dépit d’être le choix d’un patient ou ne pas être en mesure d’être retirée en cas de diagnostic de bénignité dermatoscopes)

    Je pense que la réponse à trouver ici, où dit essentiellement: « […] Une lésion est bénigne mélanocytaires lorsque le diagnostic en tant que tel, mais je peux le contrôler dans le temps.

    Une fois la blessure retirée, POUR QUELQUE RAISON QUE CE SOIT, cela disparaît de mon contrôle clinique et si le «jet» je le perds pour toujours. […] «

    En pratique, la différence est que si cela reste, vous pouvez contrôler dans le temps et cela signifie que vous pouvez évaluer une évolution dans le cas où le naevus est un mélanome et vous pouvez toujours intervenir plus tard. Si c’est évidemment retiré, non.

    @Brunelli: J’aime vraiment sa réponse et je voudrais savoir qu’un spécialiste ne perd jamais la curiosité et dire: « Je lis beaucoup et étudier beaucoup, donc s’influencé par les vrais scientifiques, ceux aux États-Unis, ils font des enquêtes moléculaires et épidémiologiques haut niveau «. Cela signifie qu’il est en effet un spécialiste curieux qui ne perd pas la passion pour son travail. Les patients aiment toujours entendre des cas de bonne santé et des spécialistes compétents.

    Merci encore :).

    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +2
    Eh bien cher utilisateur, mon objectif est atteint! Elle a compris ce que je voulais dire.

    Je vous salue cordialement et je salue mon ami Davide, que j’autorise — s’il me le permet — à ne dire qu’une chose (qui ne continue pas à être le vrai cœur de la question, mais oui)

    Dans le beau livre que vous citez et que malheureusement je lis même parce que (mais pas seulement pour cela) écrit en partie par quelques chers amis et collègues, il y a un chapitre qui est intitulé

    Transformation maligne de Nevi mélanocytaire — en italien — «la transformation maligne des naevus mélanocytaires (bénins).

    Dans ce chapitre, nous avons l’intention de soutenir et de soutenir une théorie: la nature étiologique génétique commune partagée par les naevi mélanocytaires et le mélanome! C’est exactement le contraire de ce que vous soutenez avec «les neiges sont SEULEMENT nevi et le mélanome est SEULEMENT un mélanome».

    Mais qu’est-ce que je veux dire par là? J’essaie de résumer avec un exemple:

    Nous admettons que pas 0,03% de naevus bénin dans un over40 peut accueillir à l’avenir un mélanome, mais ironiquement encore plus diluée, seulement 0,003% peut le faire (10 fois moins):

    Même ces données minimales, sous-tend une chose qui s’appelle ASSIOMA en mathématiques, à savoir:

    «D’un nevus bénin un mélanome peut survenir»

    Et quand je dis cela, je ne parle pas de collision entre deux lésions différentes mais de la transformation de PART de la même lésion bénigne en une lésion maligne.

    Ce serait suffisant pour soutenir la thèse de Slaughter 1953 sur la couverture cancéreuse qui est maintenant largement démontré au niveau génétique et moléculaire pour de nombreux cancers, y compris ceux de la peau:

    Le naevus mélanocytaires, qui exprime un mélanome, est — si vous pensez — un champ de cancéreuse parfaite au sein d’une seule lignée cellulaire (mélanocytes);

    dans ce domaine pour la lignée cellulaire homogène, toutes les cellules sont déjà néoplasique (affectées par la « double coup » ou échouent seulement de génétique, moléculaire MAPKK..etc etc.) mais seulement une partie d’entre eux: autour de la tumeur maligne, d’autres cellules cependant, commencent à montrer des altérations de pré-néoplasiques (mélanocytes atypiques); toujours là — et toujours dans le petit monde du naevus — tout calme arrière (mélanocytes normaux). Il est merveilleux comme une hypothèse? Et de penser qu’une thèse est pas italien (malheureusement) mais si vous avez travaillé sur vous-même, peut-être riusciremmo d’écrire une belle page de la science, non seulement continuer à lire et relire (mauvais ..;) les livres anglo-saxons.

    Je montre dans mes dernières petites études déjà publiées dans un journal (l’un d’eux me semble avoir 4,5 SI pas trop mal pour la dermatologie ..;) cette chose, en ce qui concerne le (cancer de la peau sans mélanome) CNSM pour thermographique pour démontrer les modèles en application à d’autres méthodes non-invasives. Je vais arrêter ici, mais si vous voulez que je continue (avec le risque même vous convaincre ..;)))

    En bref, un monde fantastique où seulement notre doute (et là, je suis vraiment d’accord avec vous), nous allons aller de l’avant de comprendre quelque chose de plus de ce merveilleux et trop mauvais (!) La machine qui est le seul uomo..non NOIR ET BLANC ..mais au milieu d’une large échelle de gris ..

    Salutations!
    L.L.

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +3
    Cher Luigi,
    La seule chose qui apparaît comme une relation entre Nevo et le mélanome est que Nevo pourrait agir comme un inducteur pour le mélanome périnévien. Comme une hypothèse de travail.
    En dehors de cela il y a beaucoup d’autres emplois qui confirment ces suppositions éclairées, si vous avez eu la chance de lire le livre à ce stade, nous aimerions lire l’arbitrage 🙂 le livre encore, je l’ai lu comme Anglais Italien: -)
    Bonjour; salut
    Profil Dr. Giampiero Griselli
    Dr. Giampiero Griselli un répondu:


    +5
    Je m’ajoute aussi à cette discussion intéressante, considérant aussi le fait que ces questions sont très communes.
    À mon avis, la première étape doit être le diagnostic, bien mené et éventuellement précis. Pour cette raison, ils aident les cours continus et les certificats de dermatoscopie, l’acquisition de nouveaux équipements diagnostiques, et à la fin la préparation et l’expérience.
    Et, comme je le dis toujours, le dermoscopie ou l’évaluation videodermatoscopica cartographie lacosiddetta, les références périodiques aux contrôles des lésions pigmentées, annuels ou intermédiaires, vous n’avez pas besoin tant à la « prévention » du mélanome, depuis la « détection précoce » de mélanomes non détectés, Magati échangées par PC et la famille en tant que néo banale..Individuati l’état initial, donc avec des possibilités de résolution sans problème dans pratiquement tous les patients!
    Mais ils nous permettent aussi de baptiser certaines blessures bénignes, qui peuvent avoir une valeur esthétique, et que le pc veut supprimer.
    Il est clair que si un sujet est présenté dans la clinique, par exemple, avec un naevus Miescher claire, l’objectivité clinique claire, l’histoire médicale, le SDV, et que vous voulez le retirer parce que peut-être localisée à l’aile du nez, où il n’est pas acceptable …. laser .si retire magnifiquement et parfaitement, et sans à mon avis de tout examen histologique. Ce serait comme mettre un thermomètre dans l’eau bouillante pour voir si elle se résume vraiment à 100 degrés :-). Inutile.
    Si au contraire la lésion analysée même donner le moindre doute, tous soddifasse critères dematoscopici, ou du moins pas convaincu 100% spécialiste ….. puis scalpel et histologie, avec une demande de lésion pigmentée suspecte!
    Histologiquement au tapis conduirait aux activités de l’histopathologiste sans raison, augmentant les coûts de façon exponentielle.
    Mais il est clair que c’est ma pensée qui devrait donc être prise comme telle

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    0
    Merci 🙂

    Je voulais immiscer dans le discours scientifique. Et là, je me sens, le ramener à mon domaine d’études, tout comme lorsque je viens vous demander, intrigués, ce qui est le boson de Higgs et la seule idée que le parti connaît est la masse d’inertie. Dans ce cas, la seule chose que je sais est la « masse d’inertie », la base et je suis le compte étoile à dire quelque chose qui pourrait même pas eu à faire beaucoup.

    Dr. Laino a dit que:
    <[…]
    «D’un nevus bénin un mélanome peut survenir» >>

    Le fait qu’un mélanome puisse naître d’un nevus bénin ne peut pas simplement signifier que, ayant les mélanocytes néviens, une «mutation cancéreuse» peut en découler?
    Même la peau entière a des mélanocytes dispersés et d’eux peuvent commencer un mélanome, donc même ces mélanocytes ont une «nature étiologique génétique commune partagée avec celle du mélanome»

    Peut-être est-il plus correct de dire «D’un mélanocyte peut surgir un mélanome» que «Un naevus bénin peut survenir un mélanome».

    Bonne journée.

    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    0
    À mon avis, ce n’est pas plus ou moins juste, pour le simple fait qu’ils sont exactement deux concepts corrects et «exponentiellement» chevauchement.

    Je suis content que nos utilisateurs soient maintenant prêts à parler et même à corriger nos dissensions scientifiques; nous devons toujours apprendre de vous, comme je le dis souvent à mes patients!

    Chers (et j’espère au moins ici, définitives) salutations!

    Dr Laino

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    0
    Cher garçon, elle est un esprit supérieur.

    Si seulement je pouvais faire comprendre à la plupart des dermatologues que le mélanome provient d’un mélanocyte et non d’un Nevo, je serais l’homme le plus heureux de la terre.

    Merci.

    Le débat qu’elle a tourné non seulement académique mais a de nombreuses implications pratiques, peut particulièrement injuste inquiéter tous les patients qui subissent un traitement non chirurgical de naevus mélanocytaires, comme on peut le voir par les nombreuses demandes de précisions à cet égard. Le diktat de tout analyser, sauf que la répétition I est vintage, il peut avoir des réverbérations graves dans un environnement professionnel pour nous tous que nous sommes préoccupés depuis des années au sujet de ces choses. Juste pour faire apparaître « amis » Dr. Griselli vaporise facilement naevus Miescher avec des lasers de CO2 et ne pense pas est inconsidérée.

    Nous ne sommes pas dans la politique — où tout le monde peut interpréter les déclarations de sa propre manière — nous sommes en médecine et je mets au défi tous ceux qui lisent les publications dont j’ai parlé de trouver la moindre preuve scientifique sur la relation entre naevus mélanocytaires et le mélanome.

    Même les naevus mélanocytaires congénitaux géants qui ont été considérés à risque pendant des années sont considérablement réduits dans leur danger

    Je mentionne deux ouvrages importants publiés par des chirurgiens plasticiens et des dermatologues américains:

    Le paradigme changeant dans la gestion des naevus mélanocytaires congénitaux géants: une revue et des applications cliniques. Chirurgie plastique et reconstructive Février 2014

    — le risque de transformation d’un naevus mélanocytaire géant a été surestimé et se situe autour de 0,7% et 2,9%
    — le traitement doit apporter une amélioration esthétique, le radicalisme n’est pas un but
    — Les traitements non chirurgicaux ou partiels sont légitimes

    Nevus mélanocytaire congénital: où en sommes-nous maintenant? Journal de l’American Academy of Dermatology. Octobre 2012

    — l’approche idéale pour le traitement de ces entités semble encore discutable
    — le risque de mélanome est largement surestimé, 1% pour la neige de taille moyenne, 5% pour les neiges géantes
    — il n’y a pas de preuve de l’utilité d’une exérèse préventive par rapport au simple suivi clinique général

    Non seulement: l’association des personnes avec le géant américain nævus géant congénital, qui rassemble plus de 1200 patients, a même détecté une incidence du mélanome zéro pour faire face et pratiquement rapports qu’une augmentation statistique modeste de l’incidence du mélanome dans les costumes naevus congénital salle de bain avec satellitose généralisée.

    Bref, le naevus mélanocytaire selon l’opinion de la majorité des auteurs internationaux n’est actuellement pas significatif pour ce qui concerne la relation avec le mélanome, toutes les lésions cutanées pouvant être considérées comme potentiellement un mélanome et l’examen histologique doit être rendu obligatoire sur les lésions suspectes, indépendamment de Nevo , il devrait également être fait sur un dermatofibrome, un angiome, tout ce que le dermatologue ne peut pas interpréter.

    Si le dermatologue joue Nevo di Unana, il n’y a aucune raison de l’analyser obligatoirement.

    Quant à la déclaration que si vous ne prenez pas un Nevo, vous pouvez le suivre est vraiment trompeur. Étant donné que l’incidence du mélanome en correspondance avec le Nevo est statistiquement négligeable, étant donné que presque tous les mélanomes apparaissent sur une peau saine, il est toute la surface de la peau qui doit être suivi chez les sujets à risque, y compris l’iris et les organes génitaux.

    Si un sujet enlevé chirurgicalement toutes ses neiges aurait le même risque statistique de développer un mélanome sur une peau saine!

    Merci encore, gentil utilisateur pour nous avoir permis de mettre en évidence ces sujets.

    Salutations cordiales et meilleurs vœux pour votre carrière (elle deviendra sûrement quelqu’un)

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +5
    Post-scriptum Je sais très bien ce qu’est le boson de Higgs :-))
    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +2
    Cher Giampiero, je lis maintenant Votre réponse, et j’observe que c’était simple, clair et partageable.

    De plus, comme je l’ai dit «très concrètement» dans les premières consultations de cette 3D, avant d’arriver au boson de Higgs, c’est le DIAGNOSTIC clinique qui est l’essentiel.

    Alors chacun peut préférer pour diverses raisons une amélioration du tissu enlevé le rendant éligible, plus que pour le panier et chacun en pleine science et conscience peut le faire.

    l’utilisateur avait un doute: «puis-je faire un agrandissement sur un prélèvement antérieur de naevus mélanocytaires réputé être»?

    Ma réponse est

    1) clairement NON, il serait inutile, car le tissu est perdu (sauf si vous êtes en présence de pseudomélanome ackermann)

    2) faire confiance au collègue dermatologue qui, en pleine science et conscience, a décidé de ne pas procéder à d’autres tests

    3) opinion personnelle: je préfère quand je peux faire histologique même naevi dermiques pour les raisons que j’énuméré pleinement (qui concernent surtout pour un domaine de l’information objective à préserver pour le patient)

    Je crois que cela sert dans ce cas à notre utilisateur.

    Je vous salue et je vous remercie pour votre contribution.
    L.

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    +2
    Merci beaucoup pour les contributions de chacun (en ordre d’intervention: Laino, Brunelli, Griselli) et je vous suis reconnaissant.
    Je répète que j’ai beaucoup appris des interventions et fait une grande clarté sur une question qui sait être tout à fait commun, et peut-être ne l’avait jamais parlé si longuement dans les diverses consultations (ou au moins à travers le moteur de recherche n’a pas le trouver).

    @Lino: J’avais ouvert la consultation avec une question spécifique, mais d’un point de vue logique, nous avons avancé pour élargir la discussion. Il n’en reste pas moins que j’avais (et je) bien compris les réponses que vous avez données tout de suite sur le cas concret et que toute la réplique qui a suivi ne m’a pas fait oublier. Au contraire, le discours s’est élargi précisément parce qu’il avait épuisé les questions initiales et d’autres questions ont surgi, mais il a bien fait de les mettre en évidence :).

    En dehors de la contribution scientifique que vous avez donné veux juste vous remercier pour la capacité de communiquer, qui est non seulement sectoriel et concis, mais a été en mesure d’accueillir mes doutes que sur l’air (et il est pas facile) et je remercie pour les aimables paroles que je tu as écrit.

    Merci.

    PS. permettez-moi une blague: même le boson de Higgs a à voir avec les neiges: P.

    Bon gioranta 🙂

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +1
    Conceptuellement oui: Peter Ware Higgs a reçu le prix Nobel en 2013 après que sa théorie ait été fondamentalement prouvée. Pendant des années, de nombreux sceptiques en ont discuté et ont créé des modèles alternatifs pour comprendre le phénomène (modèles de Higgsless).
    Cela prouve que la science évolue constamment et que ce qui nous semble aujourd’hui être une certitude peut sembler une grosse erreur. Nous ne devons pas être trop axiomatiques dans le traitement des théories, en particulier biologiques, car ils seront facilement niés ou perfectionnés dans le futur. Nous devons toujours garder les oreilles bien ouvertes sur le monde et ne pas avoir honte, surtout en médecine, de dire «nous avions tort, maintenant nous le voyons».
    Je l’ai fait plus d’une fois et j’espère pouvoir le refaire à l’avenir.
    Bonnes vacances (je ferme le fil pour ne pas être écoeurant)
    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +1
    Je reviens remercier l’utilisateur qui confirme que j’ai bien compris le «noyau» de la consultation, grâce aux diktats initiaux que j’ai placés et que j’ai permis de re-synthétiser.

    Pour tout le reste, je ne dispose que de répéter TOUS sin’ora concepts exprimés et que — par hasard — Je pourrais aussi bien réitérer avec le directeur de l’Institut national de mon dermatologique Dermatopathologie et un autre chef important de l’anatomie pathologique et histopathologie le plus important IRCSS Cancer National, qui ne pouvait que confirmer que:

    1. un naevus enlevé même si considéré cliniquement bénin et retiré pour des raisons esthétiques devrait toujours être analysé et pour toutes les raisons que j’ai mentionnées

    2. d’un naevus (défini comme l’agglomération de mélanocytes) bénigne, peut « poser un Mélanome (ie d’un seul mélanocytes appartenant à un naevus bénin peut développer un clone de cellules néoplasiques

    3. il peut être confirmé la thèse d’un champ de mélanocytaires cancéreuse d’une seule lignée cellulaire, comme très souvent dans l’analyse histologique d’un mélanome SUR NEVO, il y a un saut « brusquement » entre les cellules cancéreuses et les cellules saines, mais beaucoup plus fréquemment une digression des cellules avec des degrés de dysplasie est visible, ce qui gonfle les cellules de mélanome de celles de la neige

    Je conclus avec un rappel d’un problème clinique il y a longtemps (mais je pourrais citer beaucoup): une erreur de diagnostic est venu à notre institution, causée par une section incorrecte d’un Miescher NEVO ordinaire (pour comprendre les neiges papillomatose claires du visage) qui dissimulait à la place un mélanome = Melanoma su Nevo.
    Eh bien, même ce qui semble cliniquement et certainement bénin, ne cache pas toujours une certitude histologique de gentillesse.

    Pas de peur chez les patients, mais seulement le rappel qu’une bonne pratique clinique dans la gestion des lésions mélanocytaires doit être fournie — toujours sur le choix du dermatologue — la préservation et l’analyse aussi des lésions mélanocytaires bénignes sur le plan clinique.

    C’est et sera toujours le modus operandi du soussigné et — je l’assure — pas seulement le mien.

    Salutations à nouveau

    Dr Laino

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +3
    Je dois être écoeurant, mais les diktats ne les acceptent pas. Etant donné que pour le mélanome on ne dit pas que l’IRCSS le plus important en Italie est celui de Rome, l’auto-référence a été utilisée trop abondamment dans ce fil. L’Institut du Cancer de Milan est tout autant, sinon plus, à donner un exemple. Mon centre est l’un des plus importants en Italie pour la biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles à tel point que nous drainons des patients de toute l’Italie, y compris l’urbe rom. Ce n’est pas un jeu pour ceux qui sont meilleurs ou plus autoritaires dans cette petite péninsule. Comme je l’ai dit, les seuls qui font véritablement autorité, qui adoptent des méthodes scientifiques solides, sont les Américains qui font de la recherche en biologie moléculaire et qui analysent un grand nombre, pas quelques dizaines de patients. Cela dit, pour lequel je suis obligé par le développement du discours, je reviens au sujet.

    Les patients du centre hospitalier dermatologique des Marches (les régions sont fantaisistes), ont été traités dans le passé deux kératoses séborrhéiques au tronc par cryothérapie. L’un d’entre eux était un mélanome et après quelques années avait une lésion nodulaire sous-cutanée. Centre dermatologique de Veneto: un jeune patient est en train de raser un angiome du vertex avec un rasage, c’était en fait un mélanome qui a été révisé comme une récidive locale un an plus tard. La chirurgie émilienne: une verrue péri-inguinale est traitée par un dermatologue en tant que tel pendant une longue période, jusqu’à ce que vous décidiez de faire une biopsie. C’était un mélanome.

    Je remplis les pages si je continue.

    Est-ce qu’on biopsie alors toutes les kératoses séborrhéiques, tous les angiomes, toutes les verrues, etc …? Qu’est-ce qu’ils ont différents des naevus mélanocytaires sur le plan conceptuel? Il ne semble pas difficile à comprendre: les erreurs de naevus Miescher qui ont fait un mélanome à l’intérieur sont anecdotiques, et qui sait si elle était un Miesher si clair dès le départ. Les mélanocytes de la peau saine sont comme ceux du naevus commun, personne n’a montré qu’il pourrait y avoir des différences qui les rendent plus cancérigènes.
    Les erreurs proviennent du manque de diagnostic et sont beaucoup plus fréquentes dans le cas de lésions apparemment non mélanocytaires. Il est difficile pour un dermatologue de se tromper sur un naevus de Miescher, il le fait plus facilement sur un sujet différent, comme un dermatofibrome. Et si vous laissez le dermatofibrome là-bas — en le considérant comme tel — cela fait une erreur encore plus grave. Et ça arrive, d’accord.

    Les gens ne devraient pas être terrifiés par l’histologie qui n’a pas été faite sur le naevus de Miescher qui a traité le Dr Griselli qui est un dermatologue expérimenté, devient confus. Les gens doivent être terrifiés de mettre la main sur quelqu’un qui n’est pas un dermatologue. C’est le problème. La spécialité a du sens pour cela, pour avoir une figure qui peut garantir une précision diagnostique, tout en subissant trop souvent des traitements ablatifs par des professionnels à des kilomètres du dermatologue. Nous devons faire comprendre cela, désolé si j’insiste. Le fait de vouloir faire obligatoire sur toute la neige histologique Miescher et Unna est une opinion personnelle et en tant que tel devrait être présenté publiquement, sans la grosse caisse des couches académiques présumés d’armes, tout simplement discret.

    Aucun de nous sur ce sujet n’a découvert le boson et il n’y a eu aucun prix Nobel concernant le mélanome. C’est une question qui bat son plein.

    Pardonnez-moi mais je dois insister, avec une amitié inchangée.

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    +4
    Toujours avec l’humilité méritée de ceux qui viennent parler de discours dont il ne connaît que la pointe d’un iceberg, je comprends qu’il y a aussi eu un malentendu.

    Quand le Dr Brunelli dit:
    <>

    Et quand il dit:
    <>

    Cela ne signifie pas que d’un naevus mélanocytaires ne peut jamais inseorgere mélanome, je veux juste souligner que les mélanocytes d’un naevus, à moins que les changements de tumeur de mélanocytes sont mélanocytes et ont un naevus (non mélanome), comme tout une partie de la peau n’est pas un mélanome jusqu’à ce qu’il se produit une mutation de mélanocytes.
    Statistiquement, il indique que chaque partie peut cultiver leur propre mélanome parce que chaque partie du corps a mélanocytes, lui aussi eda certainement un naevus, mais étant un petit point sur une plus grande surface sera moins susceptible de se produire là-bas.

    Donc en vérité, je comprends, que vous voulez dire la même chose, comme vous dites Dr.Laino:
    <<[...] Da un nevo (inteso come agglomerato di melanociti) benigno, PUO' insorgere un Melanoma [...]>>
    Il peut assurer, mais ce n’est pas à ce moment-là, je pense que cela signifiait le Dr Brunelli.

    D’ailleurs, je ne peux « écouter » (métaphoriquement, comme écrit) ce que vous dites, car il est très intéressant débat et il est à cause de ma connaissance de la croissance de bonnes sources (vous spécialistes).

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +2
    Exactement statistiquement étant le nevi mais mal représenté comme une surface, il est plus facile de mélanome sur une peau saine. Sinon, nous aurions eu une statistique contraire, 90% des mélanomes sur naevus et 10% des mélanomes sur une peau saine. Le mélanome peut également venir dans l’iris, la rétine et les méninges ….
    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +1
    Bravo encore à notre utilisateur. Je ne comprends pas ce que sont les diktats imposés. Je n’ai rien imposé mais je laisse le champ libre aux opinions comme je le fais toujours. Si quelque chose je pouvais voir le contraire, mais je ne change pas parce que tout le monde a le droit de défendre leurs idées, même se battre pour défendre ceux qui sont loyalement opposés à la mienne.

    Ici, au contraire, que l’utilisateur souligne tout d’abord, je lutte vraiment comprendre où il est, à l’exception de la ligne de fond qui divise probablement deux concepts de base: naevus jamais mélanome, naevus peut accueillir un mélanome.
    Mon indication est la seconde mais je n’ai pas l’ambition de convaincre mon ami Brunelli.

    Par conséquent laisser aucune tendance à l’auto mais les répliques sont également un must pour soutenir la thèse personnelle si largement partagée et qu’au lieu sont donc (à mon avis en raison peu) sévèrement déconstruit. Il y a toujours quelqu’un de plus « élever la voix » a ragione..insomma. Ou du moins pas complètement. Vous pouvez partager en paix. Aucun d’entre nous a le boson de Higgs dans la main, mais seulement dermoscope est le microscope. Nous travaillons pour le mieux!

    Salutations!

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +5
    <>

    Je semble avoir cité de grands morceaux de littérature Luigi 🙂 pas des idées personnelles
    Bien que Rome soit une grande ville, le monde n’est pas Rome 🙂

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    0
    A mon avis, c’est un problème de forme, ou du moins cela me semble-t-il: la dichotomie «jamais mélanome, nevo site possible du mélanome» n’existe pas et est née d’un malentendu des définitions.

    vous soutenez réellement le même colsa seulement que:
    -Un (Dr Brunelli) dit: la taupe est un mélanome, pas qui n’a jamais évolué comme le mélanome du naevus mélanocytes plutôt dire que le naevus mélanocytes est « bon » (passez-moi le terme), de sorte qu’il ne peut pas être considéré comme le mélanome il n’est jamais un mélanome à moins né à l’intérieur. Il peut alors devenir.

    -L’autre (Dr.Laino) dit: le naevus peut devenir un mélanome. Exactement la même chose.

    Cela ressemble plus à un malentendu sur la terminologie, je voulais dire cela et j’ai cru comprendre.

    Profil Dr. Davide Brunelli
    Dr. Davide Brunelli un répondu:


    +6
    Je espère.
    Si c’est le cas, le raisonnement, que je crois, n’aurait aucun sens de rendre l’histologie obligatoire — par défaut — sur les neiges d’Unna et de Miesher si le dermatologue en est certain. Moi aussi j’avais des mélanomes sur un naevus de Miescher, mais je les ai vus immédiatement. C’est la nature obligatoire de l’histologie qui nous divise. Comme si d’autres blessures ne le méritaient pas alors que le naevus de Miesher ou Unna toujours oui. Ce n’est pas logique à mon avis.

    Bien que toujours et cependant les non-dermatologues ou les dermatologues moins expérimentés devraient analyser ce qu’ils enlèvent, indépendamment de la nature apparente de la lésion.

    Profil Fensel
    Fensel un répondu:


    0
    @ Dr.Brunelli: merci pour la réponse.

    Merci à tous pour la consultation 🙂

    Profil Dr. Luigi Laino
    Dr. Luigi Laino un répondu:


    +3
    S’il vous plaît et salutations

    Dr Laino


    Category: anxiété |


    Добавить комментарий

    "Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle