Carence érectile et prostatite chronique.



Drouse un demandé:
J’offre une question qui ne me donne pas beaucoup d’anxiété et qui est connue pour être d’un grand intérêt.
Je suis en thérapie pour une prostatite chronique. J’ai déjà eu quelques épisodes de perte d’érection.
J’ai posé des questions à mon médecin, mais cela m’a fait terriblement peur.

Je vous les offre aussi:
— Est-ce que la prostatite chronique cause le déficit érectile et l’infertilité?
— Si oui, pouvez-vous m’expliquer le mécanisme scientifique par lequel elle influence le pouvoir sexuel?

Étant donné que ma prostatite est chronique, ne vais-je jamais résoudre les problèmes de déficit érectile? Les «pilules» sont-elles indiquées dans ces cas ou sont-elles inutiles?

Je vous pose ces questions, en espérant avoir des réponses techniques, car les réponses vagues et indéfinies me rendent anxieux, car elles me conduisent à réfléchir et à chercher d’autres réponses.

Je vous remercie.

Post-scriptum Je signale une étape trouvée dans votre blog, qui à 25 ans, m’a fait tomber dans la dépression totale:

« En ce qui concerne le lien entre les symptômes d’obstruction de urinent des voies respiratoires inférieures et l’érection de déficit différentes hypothèses sont maintenant pris en compte par les auteurs, parmi ceux-ci sont énumérés altérations métaboliques et les mécanismes de rues qui mènent au déchaînement d’une réponse sexuelle normale (via dell oxyde nitrique et guanosine monophosphate cyclique, augmentation du signal RhoA-Rho kinase, hyperactivité du système nerveux autonome et présence d’athérosclérose pelvienne).

Tous ces mécanismes physiologiques altérés conduisent à une réduction de la fonction nerveuse et de l’endothélium, une altération de la contractilité ou relaxation des muscles impliqués dans une vidange vésicale normale et une rigidité du pénis valide et donc une insuffisance artérielle, une réduction du flux sanguin et des dommages collatéral aux tissus dû au manque d’oxygène, à l’inflammation chronique, au déséquilibre dans la production d’hormones et éventuellement aux syndromes dysmétaboliques, à l’hypertension, au diabète.

Il est important ici encore de souligner que toutes les hypothèses faites de la corrélation entre l’hypertrophie bénigne de la prostate, les symptômes obstructifs du tractus urinaire inférieur et les troubles de l’érection sont également interconnectés les uns avec les autres.

De plus, des recherches récentes suggèrent ces problèmes même quand il y a un état inflammatoire chronique et un niveau d’hormones stéroïdes sexuels non équilibrant. «

Réponses


Category: prostate |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle