Adénome tubulaire du gros intestin avec dysplasie de bas grade (légère à modérée) de l’épithélium



Galarza un demandé:
Salut à tous sont Massimo de Tarente et j’ai 42 ans.
J’ai décidé d’effectuer la coloscopie.
Pour ceux qui ne l’ont pas déjà fait, je peux dire par moi-même
ce qui n’est pas douloureux du tout.
J’ai un peu peur et je demande conseil car pendant la même période, ils m’ont donné une pieuvre d’environ 0,5 cm. prise à l’examen histologique et le résultat est le suivant: adénome tubulaire du gros intestin avec dysplasie de l’épithélium de bas grade (légère à modérée).
Ils m’ont conseillé de répéter le côlon dans 8 mois. Dois-je m’inquiéter? en attendant, je dois faire d’autres types d’analyses (sang / selles). Je ne sais pas, mais psychologiquement je suis un peu sur le terrain. Ils ont diagnostiqué le syndrome du côlon irritable. et ils ont prescrit la cure suivante: Somacol 2 capsules le matin et deux le soir pendant 1 mois — sachets Flortec x 10 jours. par mois pendant trois mois. Le péristaltisme est largement accentué. Je demande quelques conseils sur le traitement et la clarification de l’examen histologique.
ed à l’exploration rectale. examen mené jusqu’à l’ascendant distal pour les selles résiduelles. Rapport de recto-coloscopie: Dans le rectum, près du passage avec le sigma, nous observons un petit polype sessile d’environ 0,5 cm avec une surface régulière, qui est enlevé au moyen d’une pince à biopsie. Dans les segments coliques restants examinés, la muqueuse est trophique avec un schéma vasculaire régulier. MERCI pour toute réponse.

13 Réponses

Profil Dr. Giuseppe D'Oriano
Dr. Giuseppe D’Oriano un répondu:


0
Cher utilisateur
Les soi-disant polypes à risque sont ceux qui sont plus grandes que 1 cm, avec aspect villoso.Con un diagnostic histologique de adénome tubulaire dysplasie avec un degré d’intensité légère à modérée de la taille de 0,5cm il n’y a pas de décision à court terme problemi.La reprogramme une colonoscopie de contrôle est étroitement liée à la familiarité de tous les néoplasmes du côlon.
Salutations Dr. Giuseppe D’Oriano
Profil Galarza
Galarza un répondu:


0
MERCI pour la gentille réponse Docteur.
Dans la famille, pas un tel cas.
Pensez-vous que le soin qui m’a été assigné est indiqué?
parce que je n’ai toujours pas eu de bons résultats.
Peut-être parce que je l’ai commencé seulement pendant 9 jours?
Profil Dr. Alessandro Scuotto
Dr. Alessandro Scuotto un répondu:


+2
Cher Monsieur,
quand je lis et j’entends la question «dois-je m’inquiéter?» par un patient qui a été diagnostiqué ou subi une intervention chirurgicale, mon premier objectif est, si la situation le permet, de le rassurer.
Dans son cas, c’est largement possible. La pieuvre qui a été enlevée n’est pas indicative d’un risque accru de néoplasmes malins du côlon (juste pour utiliser des termes non ambigus et comprendre clairement).
Je suis d’accord avec le collègue qui m’a précédé sur l’opportunité d’une coloscopie à court terme: s’il n’y a pas de familiarité, la répétition de l’examen (en l’absence de symptômes!) Est complètement superflue.
Enfin, deux mots concernant le diagnostic du syndrome du côlon irritable. Il s’agit d’une situation fonctionnelle (c’est-à-dire qu’il n’y a pas de lésion d’organe anatomique) qui utilise des traitements médicaux conventionnels et non conventionnels tant sur le plan pharmacologique (et c’est largement ce qui a été recommandé), mais également sur le plan de l’hygiène alimentaire et du mode de vie (y compris évidemment la composante psychologique, par exemple le stress individuel au stress).
Cordialement
Profil Dr. Andrea Favara
Dr. Andrea Favara un répondu:


+1
Si je peux ajouter un commentaire à ce gia’indicato par des collègues et sistanzialmente partagé, de ce que je lis, je crois que la « indication de répéter la » considération est donnée par l’affichage incomplet du tchèque et de « proximale ascendante.
La présence d’une pieuvre, enlevée, augmente la possibilité d’autres polypes dans d’autres parties de l’intestin. En présence de données cliniques qu’ils jugent appropriée (Elle ne précise pas quelle était la raison pour laquelle il a effectué une colonoscopie) serait donc indiqué l’étude des voies inexplorées en utilisant un autre lavements colonoscopie ou baryum rayons X, à ce point sans attendre huit mois. Voeux!
Profil Galarza
Galarza un répondu:


0
merci pour l’intérêt.
la raison pour laquelle après tant d’années d’hésitation j’ai fait le côlon est la suivante:
Régulièrement, peut-être avec le changement des saisons, ou peut-être dans les moments d’agitation, a toujours senti la nécessité d’expulser les selles entraînant l’épuisement, en fait mon problème est la constipation, qui peut « siverificrsi dans un certain temps, mais en sens inverse.
Il était devenu, et est toujours, parce que je suis, je pense, au début du traitement de somacol et de flortec, une situation insoutenable et embarrassante, parce que cela ne vous permet pas de vivre tranquillement parmi les gens.
Sentez que même la moindre tension se lie au côlon, l’idée de faire quelque chose de nouveau / inconnu, le simple d’organiser un voyage hors de la ville etc ….
voici les raisons pour lesquelles j’ai décidé de faire le côlon
J’attends également de recevoir le rapport sur les intolérances alimentaires.
et si je n’étais intolérant à rien, parce que le côlon se comporte comme ça

MERCI DES LORDS

Profile Dr. [n'est plus inscrit]
Dr. [n’écrit plus] un répondu:


0
Cher utilisateur,
les symptômes qu’elle rapporte peuvent être liés au côlon irritable, avec une composante discrète de somatisation. Il est une maladie très fréquente (plus de la moitié des personnes souffrent d’allergies), et est due précisément à une « sensibilité » particulière à l’intestin des stimuli environnementaux (je présente mes excuses à mes collègues pour leur simplisme), probablement liée à un dismicrobism. La thérapie qu’ils ont prescrite est très bonne. Ne vous attendez pas cependant à des résultats «miraculeux» à court terme !!! Le syndrome du côlon irritable est une «pathologie» (si vous pouvez parler de pathologie) qui n’a pas une seule cause, comme, je le sais, une pneumonie ou une fracture … Pour mes patients, la comparaison a toujours peu les cheveux ou une autre particularité congénitale.
Habituellement, si les symptômes et l’histoire clinique l’indiquent, j’associe un traitement qui améliore également le tonus de l’humeur, ce qui est très efficace dans presque tous les cas.
En ce qui concerne le micropropulseur qui a été retiré, je dirais que cela ne devrait pas être une source de préoccupation.
Je suis entièrement d’accord avec le collègue qui a effectué la coloscopie sur la possibilité d’un suivi au fil du temps. Les lignes directrices les plus récentes indiquent la nécessité de la répétition de la coloscopie tous les 3 ans si le polype est petit et si la récupération est complète (c’est-à-dire qu’il n’y en a plus d’autres). Dans son cas, cependant, la coloscopie n’était pas complète (l’aveugle n’a pas été vu), donc le conseil de répéter une exploration avec une fréquence plus courte est très judicieux.
Je reste à votre disposition
Giovanni D. Tebala
gtebala @
Profil Galarza
Galarza un répondu:


0
merci encore pour votre intérêt.
Mais qu’est-ce qu’un traitement qui améliore également l’humeur.
sont-ils des herbes, des médicaments ou quoi que ce soit?
une autre question si permise,
Y at-il une relation entre le côlon irritable et l’hypertrophie bénigne de la prostate, puisque j’en souffre?

Profil Dr. Alessandro Scuotto
Dr. Alessandro Scuotto un répondu:


+4
L’ambiance est, de simplifier dans un extrême (collègues excusez-moi), ce mode d’attitude intérieure et extérieure qui varie entre les limites de la bonne humeur et la mélancolie et qui peuvent aller au-delà des limites susmentionnées, et conduire à des aspects pathologiques de dépression ou manie euphorique. Évidemment, cela ne me semble pas votre cas. Je suppose que la collègue voulait comprendre pour elle une plus grande stabilité émotionnelle qui ne facilitait pas la somatisation, donc pas d’indication pour les antidépresseurs psychoactifs (hélas si à la mode!). Je recommanderais une brève approche familière avec un médecin qui s’occupe de psychosomatique ou avec un psychologue.
À propos de la relation prostate-colon: elle sera confrontée à deux modèles de pensée. L’un, fondamentalement mécaniste, qui, dans une vision «séparée» du corps, nie cette possibilité, un autre, défini par le terme «holistique» maintenant surutilisé qui, dans une vision intégrée de l’organisme, soutient que les malaises doivent être compris comme un tout. Il semble superflu d’ajouter que ma préférence va à cette dernière interprétation.
Dans mon approche thérapeutique en psychosomatique, j’utilise souvent des stimuli provenant de canaux qui ne sont pas explicitement thérapeutiques, mais souvent efficaces, par exemple la lecture de certains livres ou la vision cinématographique. À cet égard, je voudrais vous laisser avec une citation d’un livre par Maurensig (The Guardian of Dreams): <> … <>.
Cordialement.
Profil Galarza
Galarza un répondu:


0
merci docteur.
Beaucoup de vérité dans cette citation du livre.
Une question, parce que je me sens épuisé avec des vertiges
ou je ne sais pas comment l’appeler «vide mental» quand j’ai ces symptômes de l’intestin irritable, et en particulier après la défection.
Encore merci à vous et à tous vos collègues
ça m’a vraiment aidé.
Dès que j’ai les résultats d’intolérances alimentaires
vous serez le premier à être informé.
Profil Galarza
Galarza un répondu:


0
merci Dott Scuotto.
pour ce colon irritable béni j’ai
fait une bonne partie des examens nécessaires «je pense»
de la visite externe de l’abdomen à la coloscopie
examen complet des fèces.
Rien n’a été trouvé dans l’examen des selles.
donc je me demande quelle est la relation entre le côlon irritable est
et l’IPB s’il n’y a pas de germes dans les selles.
Ce qui m’arrive avec l’IPB est le suivant:
quand je finis l’urination, il y a un résidu de gouttelettes qui est accentué quand je sens le côlon irrité.
Un autre symptôme de mon IPB est une sensation de brûlure dans le prépuce, l’envie d’avoir / envie d’éjaculer immédiatement, parfois échouer à maintenir une érection ou s’il y a une érection avoir le symptôme d’avoir à éjaculer, un sentiment de chauffer dans les zones les plus délicates du pénis.
Merci docteur.
Profil Galarza
Galarza un répondu:


+5
pour ce colon irritable béni j’ai
fait une bonne partie des examens nécessaires «je pense»
de la visite externe de l’abdomen à la coloscopie
examen complet des fèces.
Rien n’a été trouvé dans l’examen des selles.
donc je me demande quelle est la relation entre le côlon irritable est
et l’IPB s’il n’y a pas de germes dans les selles.
Ce qui m’arrive avec l’IPB est le suivant:
quand je finis l’urination, il y a un résidu de gouttelettes qui est accentué quand je sens le côlon irrité.
Un autre symptôme de mon IPB est une sensation de brûlure dans le prépuce, l’envie d’avoir / envie d’éjaculer immédiatement, parfois échouer à maintenir une érection ou s’il y a une érection avoir le symptôme d’avoir à éjaculer, un sentiment de chauffer dans les zones les plus délicates du pénis.
Profil Dr. Alessandro Scuotto
Dr. Alessandro Scuotto un répondu:


+2
Cher Monsieur,
le côlon irritable s’appelle plus proprement «syndrome» du côlon irritable. Cela signifie qu’il ne s’agit pas d’une pathologie avec une relation de cause à effet précise reconnaissable en un seul agent (infectieux ou non). C’est une volonté de l’organisme de manifester avec une intensité et une concentration particulières son inconfort dans une zone du corps. Dans ce sens (et non dans le sens d’une détermination infectieuse), la relation avec l’hypertrophie prostatique peut être liée à la susceptibilité du sujet à «somatiser» dans la région pelvienne. Évidemment, ceci est moins important s’il existe une pathologie qui est clairement infectieuse ou autrement organique, portée par ces appareils. De ces considérations, mon conseil pour vous était d’enquêter sur le plan psychologique, avec l’aide d’une personne compétente, cette susceptibilité et tout son problème.
Cordialement.
Profil Galarza
Galarza un répondu:


0
merci docteur
pour sa réponse très complète.
cher

Category: Trouble bipolaire |


Добавить комментарий

"Ce que c’est et comment elle est mesurée" La pression artérielle